Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29 juin 2014

MÉLODIE POUR UN SCRIBE

« La France, la patrie dont je ne saurais déraciner mon cœur. J’y suis né, j’ai bu aux sources de sa culture. J’ai fait mien son passé, je ne respire bien que sous son ciel, et je me suis efforcé, à mon tour, de la défendre de mon mieux ».

Marc Bloch, "l’Etrange défaite", septembre 1940

28 juin 2014

L'INCANDESCENCE

Par manque de discernement, de hauteur et de disponibilité, cette flamme alors partagée, tour à tour brûlante, muselée, éclatante puis chancelante va continuer à dispenser sa lueur dans ce seul être relégué au rang d’étranger !

La volonté d’étouffer la réalité, la résignation à la contraindre sans la moindre bienveillance va la rendre immortelle ! Cette énigme non admise aura quelque chose de vertigineux puisque ce n’est en rien une comédie romantique décalée.

Non, tout est à l’opposé. C’est bien là une histoire bouillonnante, celle d’un soldat rationnel qui aime encore et qui n’a surtout pas l’intention de cesser car la vie sans cet essentiel deviendrait futile.

Avec ces mots graves et parfois précipités, il réinvente le réel, noue et défait de mauvaises rencontres, explore son fonctionnement le plus intime, va vers l’inattendu et se risque même à la beauté.

Ecrire pour se décrire est une mise en danger permanente, c’est épuisant et exaltant car rien ne doit être créé à moitié. Il s’engage très souvent à ne pas revenir en arrière, à n’avoir nulle part où se cacher comme trop ont appris à le faire…

Si mes mots te semblent aujourd’hui étranges, dans quelques temps, j’ose espérer, ils finiront par t’éclairer !

 

Savall d’Arvo