Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30 septembre 2014

AU PRÉSENT COMME A L'IMPARFAIT

Ne vous est-il jamais arrivé de parler à quelqu’un et tout à coup vous sentir envahi par des sensations fugitives et en même temps infiniment désirables ? C’est grâce à elles que mon existence ne s’écoule plus en vain ! C’est grâce à ces moments précieux que mon existence est devenue plus riche de sens !

Je sais bien que nous ne pouvons vivre en permanence dans cet état d’accomplissement et de plénitude mais je sais bien aussi que la réalisation intérieur se trouve dans l’esprit de tout être humain… mais à la condition de le vouloir jusqu’au plus profond de son être, jusqu’à sa dernière cellule !

Toi qui demeures dans l'isolement, le silence et l’absence, il faut que tu saches que le contact est universel, que toutes choses s’engendrent selon les luttes et la nécessité, qu’il faut espérer ce qui est sans espérance, qu’il faut trouver le trésor non trouvable vers lequel il n’y a pas de voie puisque toute chose prend fin et que rien ne dure…

La vraie vie c’est ces confins de l’impossible, cette brûlure intérieure, ces rémanences, c’est cette beauté de la transparence, cette régénérescence d’une fusion qui t’apparaîtrait si lointaine… c’est se désaltérer à la source, en absorber toute la suavité jusqu'à l’immersion totale et puis soudain se renouveler !

Savall d’Arvo

 

29 septembre 2014

QUELQUES SECRETS

Capturer la vie, pas seulement les bons moments, mais toujours dans une esthétique amoureuse, sinon romantique.

Des couleurs bleutées comme mes soleils ou olivâtres comme mes vignes couchées par la Tramontane. Un sens de l’angle toujours enchanté. Une apologie de mes Corbières avec un cumul de styles différents, (quoique), narratifs, visuels, surpris par tant de beautés simples.

Homme d’images généreuses et nostalgiques, d’attentions et d’affections, de mots et de sons, j’ose dévoiler les inspirations de mon musée de l’imaginaire. Il va de moi, il me ressemble et je finis par lui convenir juste par amitié.

Excessivement loin d’avoir les capacités d’un écrivain pour vous décrire mes théâtres, je dois vous confier que mes inspirations sont devenues comme un murmure permanent au milieu de la foule. Je guette une scène de vie qui se pourrait ordinaire, je la confisque à ses auteurs, j’en fais tout un plat et je la saupoudre de mes mots pour la servir comme un chef toqué qui retiendrait son souffle dès vos premières bouchées.

« Les émois comme les désarrois sont une source considérable à l’initiation de la vie »

 

Savall d’Arvo