Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17 avril 2015

OCEALYS LA LÉGENDE (suite)

Une certaine logique m’a-t-il dit, surtout constructive, « par défit et non par dépit ». Les tracas du présent soulèvent les maux du passé, ceux qui les ont forgés au fil des années. Nos écrits en témoignent, les siens se confondaient aux miens... Et ces mots qui résonnent encore « ma petite, avant toute chose, il faut que tu grandisses, en commençant par « s’aimer soi-même », tu verras. »

Trop rapide et sincère pour une boutade, un rêve, une illusion. La distance s’installe, « le Doute », la honte.Cette dernière année, je me suis sentie perdue, indécise et flâneuse. Doucement, cette sensation étonnamment étrange que j’avais perçue au commencement s’est lentement brouillée en moi.

Avec le temps, je m’aperçois que j’étais tout simplement perturbée par le changement, manquant cependant clairement de discernement, soulevant naturellement les failles de mes actes. La précipitation des événements s’essouffle par l’empressement et l’impatience. C’est parfois en ne différant pas les faits qu’ils surviennent… Quoiqu’il en soit, la réalité ne peut pas changer et notre savoir ne peut l’altérer.

Notre rencontre nous a unis pour finalement nous séparer. Repartir de rien, mourir pour renaître. Mais tout n’est que recommencement avec « Un peu de rien ». Depuis, je me dis que lorsque le désir vient parfois rencontrer le réel, vivre le moment présent devient la vie et prend tout son sens. A travers ces souvenirs, je lis, je relis et je revis les écrits. Et puis ces mots de Maître qui résonnent en moi : « Cherche au fond de toi et tu trouveras ».

SavalL d'Arvo

 

Les commentaires sont fermés.