Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23 avril 2015

CONSTANCE

J’ai déjà dû t’écrire mille fois, mais il y a longtemps, je ne sais où et je ne sais quand, mais cet échange me dit quelque chose, probablement dans une vie antérieure, peut être et sûrement. Je vais chercher dans mes vieux cahiers de papier glacé où je laissais glisser alors ma plume bleue marine, un semblant de correspondance contre toi et de ce que tu me laissais croire.

Tes mots vont me permettre de parler de ce mal qui m’agite de moins en moins. Les aborder sans m’y engouffrer, les surfiler pour en découdre, histoire de voir si le malin y fait encore bonne figure ?

Mes relations avec les autres ne sont pas faussées, bien au contraire, car je ne joue plus des rôles qui ne me sont pas franchement appropriés. Je ne vois pas le monde qu’au travers du prisme de mon bien être, mais du plaisir instantané que je t’offre. Il m’est arrivé de vouloir changer d’apparence pour repartir à zéro parce que j’avais le sentiment d’avoir pris un mauvais départ.

Pour moi, l’idée permanente serait de trouver le stratagème qui m’octroiera une nouvelle naissance après toi. Peut-être, par la même, trouver la faille dans l’ordonnancement du Grand Architecte qui m’offrira de mieux contrôler ma vie et de déjouer ma fin de vie programmée.

 

Savall d’Arvo 

Les commentaires sont fermés.