Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10 mai 2015

TOHU-BOHU

En ce jour de naissance, je poursuis le dénigrement incontournable de la dualité ! Je tente de m’expliquer ce désamour qui m’empêche parfois de vivre comme je le voudrais ! Je suis victime d’un rapport  de force entre moi et moi-même ! Je cours à l’échec et m’en dissuade par la pénibilité de l’effort physique et moral qui me semble improductif et inutile ?

J’ai toujours été un homme abreuvé de passions, mais il m’arrive de ne plus en contrôler certaines tellement la dose sensitive est forte. J’affirme vouloir m’élever au rang des hommes qui veulent toujours mieux, je ne dis pas davantage, de ceux qui aspirent sans relâche à la contre rengaine, à la contre aspiration, ce satané refrain qui nous consume et qui nous emporte vers le bas jusqu’à l’engourdissement de l’encéphale.

Je souris presque tout le temps… c’est toujours ça de gagné sur la morosité ambiante ! Je chevauche chaque jour, à petit trot mais sans trop, les coteaux de mes Corbières, face au vent, dénudés d’astres et d’horizons.

Et puis, je me mire dans l’étang de tes silences saumâtres ! Pourtant, je sais plus que quiconque ta sensibilité et tes espérances. Je sais mon audace de te dire combien je sais ! J’avais ce besoin de voyager, de me conduire en toi par l’élégance, mais tu as du juger que je n’avais pas eu assez d’habileté, de finesse et de volupté ? Alors, je suis devenu rêche, extrême, anarchique, anesthésique et stupéfiant, analphabète et pas assez compétent. Et puis, je me suis terré afin de saisir et de cuirasser le peu que tu me laisses. Je me suis déboussolé tout seul avant même d’avoir été ce que je rêvais d’être !

Je deviens forcené d’élucubrations symphoniques dont tu es la cause. Corps et musiques lyriques enchevêtrés jusqu’au nivellement de tes hanches alors que je sens encore l’harmonisation et la continuité de ce relief doucereux empreint d’immensités.

J’entends l’adverbe exhumé de tes sens, celui qui me renversera encore !

Savall d’Arvo

Les commentaires sont fermés.