Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12 mai 2015

EXTÉRIEUR NUIT

N’est on pas tous, à des degrés divers, dans des circonstances particulières et avec des conséquences plus ou moins importantes, amenés à confronter ce que l’on croit à ce que l’on vit, à constamment opposer l’idée à la pratique, à devoir balancer entre le juste et le bien, entre le vrai et le beau pour nous rendre vers ce lieu loin de tout mais proche de l’essentiel ?

Notre temps est si difficile à décrypter que beaucoup se contente de se rattacher à des métaphores anachroniques, faute de mieux, faute de pire, faute de ne pouvoir comprendre le monde. Qu’on y prenne garde : à force de refuser le réel de notre monde, il finira par ressembler à sa caricature !

Toujours est-il que depuis ton premier regard, celui qui m’a porté à l’apothéose de la passion, et puis ton dernier, celui qui m’a transmis le virus de la désillusion, à petit feu, je me consume. Ne savais tu pas que l’épuisement du désir est le danger qui nous guette tous ! Tu n’as simplement pas eu le courage et la rage de le maintenir en vie pour nous redonner la vie. Faudrait-il que je prenne de l’altitude pour m’éloigner de toi, et juste retour des choses, pour me ramener au cœur de ton cœur ?

Mais peu importe les regrets, il faut se donner l’occasion d’en avoir… Je sais désormais que tu en as et cela nous assemble irrémédiablement et je trouve cela « parfait » !

Savall d’Arvo

 

Les commentaires sont fermés.