Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30 mai 2015

MÉLODIE POUR UN SCRIBE

Il y a trop souvent de nuits où j’essaye de mettre ma vie à la couleur de mes textes. Rien de très lumineux, sauf lorsque la lumière du toit d’en face commence à épouser les rayons de l’astre. Alors, tout comme moi, ses tuiles s’instruisent une à une.

 

Savall

A TIRE D'ELLE

Dans un demi-jour éclairé par la naissance d’une aurore que je voudrais boréale pour t’épater, j’éprouve la nécessité de peaufiner ces quelques lignes que j’utilise comme combustible pour te les offrir à cœur tendu, à fleur de peau.

Tout ça pour te dire que j’aurais voulu que ma vie ait un parfum de lilas sauvages en provenance d’un jardin où les fleurs auraient la grâce d’un songe cousu main par Verdi.

Dans ce parc enchanté, au centre d’un tout, j’aurais aimé te faire découvrir mes roses rouges à sept pétales, délicatement posées sur une tigelle dépourvue d’épine.

A la suite de ton sans retour sur le chemin poussiéreux de ta vie passée, je voulais quitter notre île avec pour seul bagage trois boutures de ces fleurs si précieuses pour les replanter dans mon angélique roseraie logée au cœur d’un monastère perdu.

J'aime cet échange contenu, il me permet de comprendre ce que je suis devenu depuis ta sentence ?

J'ai ce besoin de descendre totalement en moi pour saisir ce qu’il me reste de toi, pour saisir l'échange qui me défaille ! Les souvenirs me déferlent d’une manière continue et claire et mes mots servent d’équerre pour tenter de corriger tes sentiments et faire avancer mon intrigue.

Chaque jour, inlassablement, je m’applique à couronner ma grille de maux croisés avec mes lettres de coeur, en laissant quelques cases vides pour nos rendez-vous manqués.

J'essuie ton absence et me ronge de clichés qui cliquètent et décliquent ma volonté de vivre maintenant avec la plus grande intensité.

Les trompettes de la renommée peuvent dormir, j’ai trouvé de nouvelles lignes de fuite pour divertir mon choix risqué.

Cette histoire à la rose aurait pu tourner en jérémiade dans un roman de hall de gare, mais au contraire je veux que tu lises mon hymne à la vie, mon cantique embaumé par une prose décalée et lumineuse comme ce rayon de soleil qui traverse la rosace de ma chapelle pour aller te caresser la joue par étourderie !

Alors, en archange déchu, les ailes endoloris par tant de voyages inoccupés, j’anéanti les murailles et écarte les candélabres pour me poser sur ton épaule le temps d’un Avé !

 

Savall d’Arvo

29 mai 2015

MÉLODIE POUR UN SCRIBE

Selon l’expression latine : « Tiens ton sujet, les mots suivront »

 

Savall

28 mai 2015

L'ORPAILLEUR...

Descendre, redescendre en toi le plus bas possible pour aller te chercher, pour t’alléger de ses principes alourdissant, pour te délester de la surcharge de ta propre conscience.

Redescendre au plus profond de ton être sous forme de substance fluide, d’onde claire, d’aura purifiée, d’énergie inusitée, d’esprit naissant et s’emparer de tout ce qui n’est rien en liquidant le dérisoire. Peu importe la forme de la liaison, peu importe la tournure de l’inversion, descendre toujours plus bas pour en extraire la moindre molécule !

Puis remonter à la surface, faire surface, faire face quoique tu fasses parce que tu n’en as plus trop le temps et que tu risques de manquer d’aisance !

Remonter impérativement pour défier le temps, pour mesurer la gravité de la situation, pour mettre en apesanteur le temps qui te dépasse avant qu’il ne te terrasse. Remonter pour échapper au fond, à la vase, pour tordre le cou à l’enlisement pour un temps, pour un temps seulement !

T’extraire du vacarme qui te compresse et désobéir au grand ordonnancement.

ETRE DE TOUT TON TOUT ET A LA FOIS DE RIEN !

Savall d’Arvo

 

27 mai 2015

PASSION PASSIONNÉMENT

Quoi de plus primordial que l’amour ? Il nous hante tous et tout le temps y compris toi, oui toi que je souhaite ! Ceux qui te diront le contraire sont des menteurs, des inconscients ou des « enlisés » faute d’amour à donner comme à prendre. Bien entendu, je peux te faire part de ma petite idée sur le sujet, puisque grand passionné, l’essentiel est que je devienne passionnant !

Pour toi, la passion n’a été qu’un moment particulier, un passage, celui des débuts, quand la fougue embrase, quand l’ensemble de l’univers s’érotise et que, souriant à tout, nous trouvions sympathiques même les plus stupides.

La passion m’est venue en toute conscience, quand je n’aimais pas ma vie, lorsque j’étais menacé de tristesse. La passion c’est un solide mouvement intérieur qui chasse les forces précaires telles que la mélancolie. Elle est venue remplir mon espace mental. Elle est altruiste. Elle est affirmation du désir vital. Elle vise à la conservation de soi !

Il faut que tu saches qu’un passionné ne dit pas « je t’aime » comme tu pourrais dire « j’ai faim »… mais, il certifie au-delà de lui-même un « je ne mourrai pas demain » !

 

Savall

 

26 mai 2015

AU BOUT DE LA RUE, UN AUTRE MONDE

Eh bien je t’affirme moi aussi jusqu’à l’épuisement et sans le moindre doute, que la « dignité humaine » est la plus respectable des valeurs de ce monde et que sans elle tout fout le camp !

Alors que la minute présente prend toute son intensité, je te livre ma quête : « apprendre chaque jour à adhérer au réel pour tout accomplir de la plus belle des manières et demeurer détaché du résultat ! »

Te souviens-tu de ce moineau venu se cacher au creux de tes mains pour cesser de vivre ? Bien entendu ! Mais pour les lecteurs c’est une autre histoire qui pour le moment restera incompréhensible…

Allez viens avec moi et vole !

Savall

 

 

25 mai 2015

MÉLODIE POUR UN SCRIBE

« Rien n’est si insupportable à l’homme que d’être en plein repos, sans passion, sans affaire, sans divertissement. Il sent alors son néant, son abandon, son insuffisance, sa dépendance, son impuissance, son vide »

Pascal