Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08 juin 2015

DAME DE PIQUE

Pas vraiment l’envie d’écrire, juste l’heure qui tourne et me détourne des sentiments qui ont précipité ma crise ! On ne choisit pas les cartes de sa vie, on joue avec celles qu’elle vous donne… et en ce moment, celles que tu me tends ne sont pas trop mauvaises mais pas encore bonnes ! Alors, étonnamment calme, reclus et indolent, je griffonne des vers noctambules. J’ai pris soin de me dépouiller d’une main tendue vers ton ciel qui m’ignore encore. 

Pourtant j’ai senti dernièrement battre au bout de mes doigts le trépignement de ton cœur. Alors, je me suis engouffré dans ses douceurs avec une passion contenue parce que j’ai toujours peur des lendemains que tu as su rendre combien de fois orphelins.

Je n’ai dans la tête que des écrits ratés et des romans inachevés. Je pressens la nuit, criminelle et orgueilleuse, un rayon de lune en souvenance.

Tu ne dis plus rien de ce que déverse ton âme, des premières inquiétudes à l’acharnement quotidien.

Et puis ce froid qui me bousille avec une sensibilité irrévérencieuse.

Je blesse au lieu d’aimer. Je ne sais aimer que dans le confort ou dans l'inconfort d'un cœur qui bat de travers. Mon champ de vision se resserre. Je ne vois plus personne.

Je me suis roué de coups trop longtemps mais j’envisage de ne plus subir tel l’albatros aux ailes de colombe. Alors, je vais me tenir au large comme un dieu au milieu de son temple.

Savall d’Arvo 

Les commentaires sont fermés.