Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29 juillet 2015

APPRENTI-SAGE

Il faudra que notre randonneur intègre une des Vertus indispensable sans laquelle la poursuite de son cheminement risquerait d’être durablement compromise :  

A la coupe de « l’amertume », assoiffé de tout, j’ai bu démesurément !

Et puis, avec discernement, j’ai appris à étancher ma soif en goûtant du bout des lèvres à celle de la sagesse. Mon plaisir fut clair et parfois terne parce que mon âme ne trouvait de satisfaction que dans cette quête de vérité.

Et puis un soir, que seuls les initiés connaissent, j’ai goûté à la coupe de la mort pour renaître à celle de la vie…

Comme un renouveau, j’ai traversé mes « âges » pour découvrir les secrets qui les entourent.

Alors, faisant suite à la phase de « l'apprenti-sage » et du long travail qu'il est nécessaire d'effectuer pour recevoir « l'Enseignement » afin de pouvoir prétendre à la « Connaissance », j’ai appris que ce voyage dans l'espace-temps a pour but d'atteindre ce point ou l'espace et le temps fusionnent. Vous savez, cette fusion de l'espace et du temps qui revient à supprimer l'un et donc à faire disparaître l'autre.

Ici on nous montre ce qu’est l'apprentissage lorsqu'il s'éprouve et se met en pratique pour parvenir à l'ouverture du cœur, de l’esprit et enfin celle de l’âme !

En buvant à la coupe de la raison, j’ai appris que pour plonger dans le cœur des hommes, et puis dans le mien, il fallait avoir la pratique d'une vertu si mal partagée ici-bas et qui est LA JUSTE COMPRÉHENSION DES ÊTRES ET DES CHOSES.

 

SavalLd’Arvo

 

26 juillet 2015

LE SECRET DU SECRET

Qu’est-ce qu’un secret ?

C’est un fait que l’un sait et refuse de le faire connaître aux autres.

C’est donc un élément d’une relation mais pour qu’il y ait secret, il faut au moins deux personnes : celui qui sait est, au sens propre, un « initié » ; il peut prendre des décisions plus sures que celui qui ne sait pas ; en particulier si l’autre ne sait pas qu’il sait.

Dans la vie privée, cela impose non seulement de ne pas mentir, mais aussi de dire toute la vérité. La certitude que tout finira par se savoir pousse même chacun à accepter les comportements des autres et accélère l’évolution des mœurs. Cette transparence conduit aussi à cesser de médire des autres !   

Une part de secret reste essentielle : nul ne doit être forcé de dire ce qu’il pense. C’est même la plus fondamental des libertés ; en particulier, nul ne doit être tenu de faire connaître ses convictions religieuses ou politiques… c’est ce que nous préconisons dans certains ateliers de réflexion.

Nul ne peut être forcé de dire ce qu’il n’aime pas chez les autres. C’est la condition de la négociation, préalable à tout échange, à toute communication, à toute diplomatie.

Nul ne doit être tenu de faire connaître les concessions qu’il pourrait être prêt à faire, dans une négociation privée ou publique, ni de dévoiler les moyens dont il dispose pour faire valoir ses intérêts. 

Le concept le plus difficile de la philosophie actuelle : tenir le secret !

 

SavalLd’Arvo