Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30 septembre 2015

ÉTERNEL RIVAL

Désormais je suis vertical, bien tanqué au milieu de mon allée d’oliviers admirables de cohérence. Ils vivent là paisiblement depuis l’aube des temps. Ils m’apaisent et m’annoncent que je ne suis qu’à la naissance de la passerelle dressée pour t’aider à traverser ton histoire, comme eux, comme moi, à la recherche de la franche quiétude.

Alors j’avance avec prudence en accomplissant mes si beaux métiers de messager des temps heureux et de tailleur de pierre car je sais que je suis le seul géomètre à pouvoir arpenter encore ce futur qui n’a qu’une seule idée en tête : abréger.

Je reste le manœuvre à la manœuvre, le besogneux du touche à tout, l’artisan vainqueur de la passivité, l’apprenti inlassable de la dignité, le sociétaire permanent de l’académie du « jouer juste » en refusant d’être mon propre rival.

Et puis, pour tout te dire, j’ai finalement admis que je suis sorti définitivement de la phase « modération » pour me laisser aller enfin à celle de « l’excessivité de mes désirs » avant que ma propre vérité ne devienne cendre...

SavalLd’Arvo

 

 

29 septembre 2015

commentaire sur l'albatros

Pensées, p 378/378, Pascal : "La vanité est si ancrée dans le cœur de l'homme, qu’un goujat, un cuisinier, un crocheteur se vante, et veut avoir ses admirateurs. Et les Philosophes mêmes en veulent, et ceux qui écrivent contre la gloire, veulent avoir la gloire d’avoir bien écrit ; et ceux qui le lisent, veulent avoir la gloire de les avoir lus ; et moi qui écris ceci, j'ai peut-être cette envie ; et peut être que ceux qui le liront l’auront aussi."