Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19 novembre 2015

ELOGE DU MANQUE

A toi qui passe tes journées à compter ce qu’espèrent bâtir les autres… alors que, tout comme à mes frères albatros, je t’oppose la lente passion des nuages qui s’effacent sans t'en rendre compte, les heures passées au chevet d’une phrase qui pourrait te séduire et la tendresse de mon regard sur ton visage comme si c’était la première fois que je l’observais.

Sais-tu que l’amour est quelque chose d’incongru qui surgit dans la vie et qui est de l’ordre de l’insu, de l’inconscient. Il n’a donc rien à voir avec la raison, alors pourquoi voudrais tu que je sois raisonnable ? Mais cette irruption bouleverse tellement que celui qui essaye de rétablir de la logique, du sens, fait tout pour être sûr qu’il n’est pas fou... or je le suis devenu depuis ce célèbre « bonsoir ». Fou de qui, fou de quoi ?

La formule de Cocteau devrait être complétée : « il n’y a, en réalité, ni amour ni preuves d’amour ; il n’y a que des demandes de preuves d’amour. » Alors, je vais tenter de le faire :

« Quand on aime totalement, on passe beaucoup de son temps à interroger l’autre pour déchiffrer la place que l’on occupe en lui, et c’est cette façon que l’on a de réclamer à l’autre des signes de son amour qui prouve qu’on l'aime pleinement »

SavalLd’Arvo

 

Les commentaires sont fermés.