Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30 novembre 2015

commentaire sur l'albatros

Si après ce « dis-moi », elle ne vous dit rien, alors il est grand temps que vous tourniez la page. A moins qu’en plus d’être aveugle elle soit devenue totalement sourde ? En tous les cas, écrivez-moi d’aussi belles choses mon cher Savall et je vous assure d’une aussi belle réponse dans l’heure.

29 novembre 2015

commentaire sur l'albatros

Cet écrivain, ou celui qui se défend de l’être, nous raconte son impérissable écume d’amour, ses ciels meurtris couvrant ses paysages rayés de sillons rocailleux qui ne sont qu’intérieurs. Mais nous l’avions compris.

commentaire sur l'albatros

Une certaine allégorie de la liberté. Une image certaine de la liberté d’aimer et de la lui rappeler. Une façon de séduire par les mots au nom des maux qu’elle engendre. Une façon à lui de concevoir la vie en vrai, radieuse, voluptueuse. Penser l’existence et ses innombrables plaisirs d’exister. C’est tout lui !

 

ALORS DIS-MOI

Dis-moi pourquoi ruissellent au revers de ma mémoire ces centaines d’épisodes logés dans cette escarcelle que je trimbale depuis une décade… comme si tout s’était amoncelé dans une belle pagaille et revenait sur le tard en ordre de bataille ?

Dis-moi pourquoi je condamne à perpette, puisqu’ils taillent mes passions en deux, toutes ces intervalles incolores entre chacune de tes apparitions ?

Dis-moi pourquoi je fignole ton cœur à la pointe de ma dague, comme pour me rétablir dans mes écarts de langage en décalage ?

Dis-moi pourquoi ce raccommodage d’extravagances que j’ai truquées d’un sourire enchanté pour ne pas avoir à réclamer l’absolution de mes inélégances ?

Dis-moi pourquoi il y a tant de choses à déverser dans ma coupe amère et tant de soupirs à secourir au bord de ma misère !

Dis-moi comment ouvrir et fermer le quotidien pour continuer à vivre et à jouer cela dans un « tout » qui me déforme sans cesse ?

Dis-moi pourquoi j’ai trop souvent le cœur en combat et les battements saccadés de mes plus belles victoires pour en arriver à faire de toi l’hymne de ma gloire ?

Et puis, si tu me disais pourquoi tes palpitations m'enflamment, pourquoi tes souffles courts me calment et me ressuscitent !

Est-ce donc cela se perdre et mourir ?

Si tu savais comme j’ai besoin de me redimensionner dans ton espace, de me répartir dans ton vide qui m’étouffe pour comparaître enfin dépouillé de tout dans le reflet de ce miroir qui me fait face !

Est-ce donc cela revenir pour renaître ?

Savall d’Arvo

 

28 novembre 2015

commentaire sur l'albatros

Cher Savall, vous avancez sur vos sillons des milliers de fois travaillés par vos aïeux et vous savez parler du monde au monde sans avoir la prétention de remettre les pendules à l’heure mais avec le souci de témoigner avec indéniable intensité romanesque. Je tiens à vous encourager dans ce sens car il nous manque trop de temps pour rêver, surtout après ces massacres.

commentaire sur l'albatros

Jacques ATTALI : « Un pays si tranquille, si assuré de sa sécurité, qu’il a été possible, vendredi dernier, de tirer impunément pendant 3 heures dans les rues et dans une salle de concert de sa capitale. Un pays si sublime, par ses paysages, ses monuments, son niveau de vie, son système de santé, sa cuisine, sa littérature, sa liberté de penser, de prier, d’écrire, de circuler, de s’habiller, de parler, d’apprendre, que chacun dans le monde le sait, l’admire, et le jalouse. C’est bien cela qui nous est reproché par ces gens-là : ce que nous sommes. C’est bien cela qu’ils dénoncent et veulent détruire. Ce n’est pas nouveau : on ne pardonne jamais leur sérénité et leur sourire aux gens heureux. Et bien des jaloux préfèrent détruire le bonheur des autres plutôt que se donner les moyens d’y avoir, eux aussi, accès. De plus, pour les auteurs de ces attentats, le plus beau pays du monde n’est pas de ce monde. Et ils veulent détruire notre bonheur de quatre façons. En nous transformant en Etat policier. En provoquant une guerre civile entre nos diverses communautés. En nous entraînant dans une guerre au sol. En nous forçant à remettre en cause notre mode de vie. »

commentaire sur l'albatros

"Compromise d'attention, comme un buvard sur l'encre encore mouillée de ses mots, transpirant de la délicate jouissance de l'écriture fraîchement déposée. Je goûte à l’exquise saveur de ces voies, déclinant les tourments et l'ivresse du moment. Pressentant le souffle parfois fiévreux qui s'en exhale, et ce fard comme un relief naturellement déposé sur son verbe. Il ose encore entrecroiser sa prose de notes et de couleurs qui n’existent pas, inventant un langage parfumé pour clamer l’amour. Capturant la nuit, le jour, se faisant Roi et chercheur d’or, effaceur d’ombres, il semble disposer de la lumière pour draper les aurores de perpétuels ravissements. Je ne m'y ferai décidément jamais, et comme j'aime cela.