Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16 janvier 2016

UN DINER PRESQUE PARFAIT

Après un certain nombre d’années de vie commune et tous les bonheurs et toutes les vicissitudes qui vont avec (enfants, travail, familles, argent…), nous ne sommes plus tellement amoureux de l’autre, mais nous l’aimons d’un amour durable et serein.

Oui, mais comme un sublime pot-au-feu qui mijoterait à feu doux. Pas glamour, la métaphore du pot-au-feu ? Ceux qui ont déjà franchi quelques années de vie commune savent pourtant que le quotidien est comme un pot-au-feu : a priori, rien de plus simple à réaliser. Et pourtant, combien de mauvais pot-au-feu à la viande trop sèche, au bouillon trop gras, aux légumes trop cuits.

Bref, on aime l’autre convenablement. Mais parfois, un petit pincement au cœur nous renvoie aux années où les mains moites, le cœur tremblant, l’impossibilité de l’éloignement signalaient notre état amoureux. Un état qui manque.

Le feu couve toujours, nous n’avons pas d’inquiétude là-dessus. Mais comment souffler sur les braises pour ranimer, à notre guise, une petite flambée ? Ben, en allant chercher du bois sur la colline d’en face…

SavalLd’Arvo

 

Les commentaires sont fermés.