Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11 février 2016

ANTICONFORMISTE PAR TRADITION !

Je devrais donner plus de légèreté aux arabesques de mon cœur… Je sais que mes pensées et désormais mes écrits me dépeignent et me trahissent ! Mes lignes véhiculent parfois une profonde amertume, une amertume passive qui ne me quitte que lorsque j’entrouvre mes jours à la confidence écrite, grevée, je sais, d’une syntaxe bancale, mais ludique et quelque peu ésotérique…

Je devrais offrir plus d'air et de limpidité aux agitations du plus grand nombre dans le dessein de ne point rebuter les esprits chétifs… Quand la sensation de dépendre de tout le monde refait surface, un instinct barbare m’envahi. Je vois alors le monde confusément embringué dans ses affabilités.

N’en déplaise à mes proches qui font semblant de ne rien voir et entendre, au fil de mon temps je suis devenu l’une de ces âmes libres et sensibles qui en veulent avec rage à ceux qui s’offrent le privilège d’avoir le net sentiment de diriger les autres. J’invite le vocable conformiste et anticonformiste à raconter mes escapades de la pénombre !

Qu’ils nous foutent tous la paix avec leur politique du profit et de l’ascension sociale dans les rues arrosées par la lumière de ceux qui se prennent encore pour des lampadaires… alors qu’ils ne se rendent même plus compte qu’il ne servent qu’à une chose : que les chiens les inondent à cadence régulière sans le moindre scrupule.

Heureusement que l’imaginaire est venu à ma rescousse, me prenant par la main pour me sortir de ce merdier et m’emmener sur des terrains vagues plus vagues. J'ai besoin de rêver, mais pas trop longtemps, de fantasmer, de jouir de l’âme comme du corps par mes mots et le sens de mes mots, par mes maux et l’essence de mes maux pour oublier les chaînes qui m’entravent les chevilles. C’est le moment que je choisis pour me poster au coin de la rue comme un sniper de l’ombre et tirer sur tout ce qui bouge.

Je scrute l’horizon et m’évade de ma cage même plus dorée. Je rêve d’une déferlante pour chasser toute cette mouise que j’accumule depuis que je suis orphelin ! En fait, je n’aime pas devenir les autres… alors je singe l’existence en me diminuant devant les autres, auprès des miens et fais semblant de rien !

Oui il m’arrive encore de chercher le salut dans les étoiles, là où se trouvent les miens ?

Savall d’Arvo

 

Les commentaires sont fermés.