Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26 février 2016

MON SEL, MA TERRE

Le porter en moi ne me suffisait plus, il me fallait le dire. 

Je lui devais, et je me devais de rendre « Hommage » à mon Grand-Père. Je n’ai pas décidé de me raconter en nous racontant. Les mots étaient là, à se tordre, retenus, prêt à surgir de moi.

J’ai écrit, pour faire revivre nos jours, les revivre pour être l’un à l’autre, pour demeurer, et exister. En le rétablissant, je me suis restituée ma mémoire. Désormais, je le sais là, et moi, je me sais plus présente, plus enracinée et plus libre.

Ecrire, dire, s’exposer ici. Le désir et l’épreuve, en même temps la nécessité. Une contradiction, une traversée intérieure. Lorsque je résiste à laisser s’échouer les mots dans l’ombre, en marge de ce blog. Dans cette épaisseur, où ils restent inapaisables, où ils décèdent silencieusement.

Et que je suis parvenue à le faire, à m’évoquer, à m’abîmer et à m’extraire. C’est pareil à une absence d’air, quand les poumons s’arrache à respirer, ça sort comme un peu comme une brûlure.

Mais j’ai la satisfaction de l’avoir fait. Comme un sortir de soi après une descente dans une nuit noire, un endroit accablé par des jours trop remplis et trop vidés.

J’ai reversé tout le passé dans le présent, en établissant une distance. Je me suis réappropriée mes racines, ma terre, dans un échange intime qui m’a adouci le cœur et l’esprit.

Et puis, à nous aimer comme ça, nous avons flanqué la lumière dans toutes nos saisons. Il fallait bien qu’elle éclate, ici, maintenant. Il fallait que tu saches que mon Amour pour Toi est frappé du sceau de l’éternité, qu’il traverse l’univers, et le remplisse pour t’envelopper à tout jamais.

Ariana Barras

 

Les commentaires sont fermés.