Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29 février 2016

QUE CET HIVER ME SEMBLE LONG

Des fleurs sèches posées sur la table. Des fleurs sans hier puisque je suis déjà demain, ce demain que je connais si bien. Moi je vis dans cet ailleurs puisque depuis toi je suis Jamais et je suis Toujours.

J’ai vécu de la formule de l´amour et je vis désormais avec celle de l´ennui, de cette oisiveté maladive d´où sortent le soleil et les génies.
Je vole sur l´aire des misères et toi tu ne dis rien. Mais peut être as-tu choisi de te taire comme font les étoiles qui pensent qu’elles n’ont plus rien à me dire ? Sais-tu que tu brilles en moi comme luit mon destin avec ses feux perdus sur mes lointains chemins.

Mais qui vient dans ta maison pour te parler de moi ? Cette maison sans lumière où l’imaginaire et le fabuleux sont absents comme moi puisque dans ton cœur désert je vois des multitudes, puisqu’au velours de ta voix je passe mes nuits, puisque je vois des odeurs tièdes pleuvoir sur les pavés de mes songes.

Je te vois encore un peu comme on voit l´incroyable et l'incroyable c´est ce qu´on ne voit pas !

SavalLd’Arvo

commentaire sur l'albatros

Guillaume Chapuis : L'intuition consiste à écouter son corps, écouter ce que nos sens nous disent car ils se révèlent un informateur fiable pour identifier les menteurs, les tricheurs et manipulateurs. Notre corps identifie souvent les choses bien avant notre mental qui lui, tente de nous convaincre du contraire. La personne manipulatrice jouera sur votre mental, pour culpabiliser, infantiliser, jouer le chaud et le froid, n'écoutez que votre corps il dit la vérité !

27 février 2016

ETRE AIME C’EST EXISTER

L’amour touche à notre être tout entier, à ce que nous sommes sur ce monde. Peu de gens s’en rendent compte. Ils se retrouvent seuls et se sentent bien dans cette solitude qu’ils ont eux-mêmes engendré. Mais quand, dans l’amour, on a survécu aux déchirements, aux conflits, on atteint une zone formidable où rejaillit le sentiment... c’est ce que je te souhaite !

L’amour vrai n’est pas un simple contrat d’affaires : c’est un sentiment violent qui nous fait courir un danger. Il ne faut jamais l’oublier quand on doute, quand l’autre semble nous « désaimer ».

L’amour implique une prise de risque. Il suscite un phénomène de vertige, parfois même de rejet : on peut casser l’amour parce que l’on en a trop peur, le saboter tout en essayant de se confier, réduire son importance en s’attachant à une activité où tout repose sur soi-même. Tout cela revient à se protéger du pouvoir exorbitant de l’autre sur nous.

L’amour vrai, c’est cette expérience de légitimation au monde, cette illusion que notre amour est unique. L’autre est l’idéal incarné, et nous existons grâce à son regard.

SavalLd’Arvo 

26 février 2016

MON SEL, MA TERRE

Le porter en moi ne me suffisait plus, il me fallait le dire. 

Je lui devais, et je me devais de rendre « Hommage » à mon Grand-Père. Je n’ai pas décidé de me raconter en nous racontant. Les mots étaient là, à se tordre, retenus, prêt à surgir de moi.

J’ai écrit, pour faire revivre nos jours, les revivre pour être l’un à l’autre, pour demeurer, et exister. En le rétablissant, je me suis restituée ma mémoire. Désormais, je le sais là, et moi, je me sais plus présente, plus enracinée et plus libre.

Ecrire, dire, s’exposer ici. Le désir et l’épreuve, en même temps la nécessité. Une contradiction, une traversée intérieure. Lorsque je résiste à laisser s’échouer les mots dans l’ombre, en marge de ce blog. Dans cette épaisseur, où ils restent inapaisables, où ils décèdent silencieusement.

Et que je suis parvenue à le faire, à m’évoquer, à m’abîmer et à m’extraire. C’est pareil à une absence d’air, quand les poumons s’arrache à respirer, ça sort comme un peu comme une brûlure.

Mais j’ai la satisfaction de l’avoir fait. Comme un sortir de soi après une descente dans une nuit noire, un endroit accablé par des jours trop remplis et trop vidés.

J’ai reversé tout le passé dans le présent, en établissant une distance. Je me suis réappropriée mes racines, ma terre, dans un échange intime qui m’a adouci le cœur et l’esprit.

Et puis, à nous aimer comme ça, nous avons flanqué la lumière dans toutes nos saisons. Il fallait bien qu’elle éclate, ici, maintenant. Il fallait que tu saches que mon Amour pour Toi est frappé du sceau de l’éternité, qu’il traverse l’univers, et le remplisse pour t’envelopper à tout jamais.

Ariana Barras

 

23 février 2016

TAILLER SA PIERRE

Si j'ai appris à construire des cachots pour mes vices et des temples pour mes vertus, il me reste surtout à savoir apporter un peu de lumière sur cette terre devenue mienne, puisque tout n'est que reconstruction.

Il est des pierres plus dures que d'autres, à tailler, puis à polir, mais c'est peut être cette dureté qui en fera leur solidité.

Tout ne s'épanouit que dans la juste proportion des choses, reste simplement la nécessité de reprendre confiance dans le maniement des outils, telle cette trace devenue plaie que tu as gravée savamment dans ma chair pour me rappeler que l'essentiel n'est que la réalisation de mon œuvre.

SavalLd’Arvo

 

21 février 2016

commentaire sur l'albatros

Je ne sais comment vous dire une nouvelle fois ? Mais j’ai encore besoin de vous remercier. Surtout lorsque je lis certains commentaires de vos lecteurs. Alors, à ma façon et sans la moindre manière parce que je sais pas faire, tout ce que je lis de vous me va.  

commentaire sur l'albatros

Les derniers textes que vous avez déposé démontrent une vie intérieure riche. Riche de bon sens, d’humanité et de qualités morales indiscutables au travers de ce que je lis de vous depuis quelques années. Vous êtes dans la constance des sentiments idéologiques (amoureux aussi), dans la maintenance philosophique, et cela vous honore car je trouve cela de plus en plus rare dans ce monde où les individus ne pensent qu’à une seule chose : « péter au-dessus de leur Q… » pour tenter d’écraser l’autre. Heureuse de vous connaitre cher Monsieur.