Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04 mars 2016

commentaire sur l'albatros

C’était mon deuxième voyage, en 94… Durant un périple entre Eilat (ville frontière avec l’Egypte) et les fonds sous – marin de Charm el-Cheikh. Le monastère de Ste Catherine est là, planté sous l’air desséché et l’hostilité de cette latitude où le soleil crève tout. Et malgré l’heure très matinale fortement conseillée pour visiter le moindre site, tu n’as qu’une envie, c’est de t’engouffrer à l’intérieur pour chercher un peu de répit et de consolation. Ça parlait anglais, arabes, russe et un peu de français. Comme en Israël…   

Je me rappelle d’une sensation très paisible, d’une immense et authentique simplicité, et une sérénité véritable dont je me souviens en particulier. Même le sable vit sobrement au diapason du monastère, tout est installé, déposé, ça te renverse dans le passé. Tu coules dans l’histoire comme à Jérusalem, mais Jérusalem brûle du feu divin, et du déchirement. Ça plane partout, dans les remparts, les pierres, les ruelles, les regards exacerbés…   

Alors qu’à Ste Catherine, c’était différent, j’ai en mémoire une impression de dilatation du temps, la douceur du bleu de quelques murs, le silence, la splendeur des icônes, en particulier du Christ en gloire. Il y a aussi les jardins, l’ombre des oliviers, les façades de pierres en souffrance, et ce moine très aimable qui m’avait embrassé les mains en voyant des larmes sur mes joues après avoir prié… Il déplorait que le pacte entre Mohammad et les moines du mont Sinaï n’est jamais traversé les murs du monastère… Il le considérait comme un témoignage d’espérance…   

Au milieu de la folie des hommes, c’est probablement tout ce qui reste, puisque le monastère a fermé ses portes en 2013. Chute verticale de la fréquentation... Il paraît même qu’un moine aurait été enlevé… Le gouvernement égyptien ne pouvait garantir la sécurité des lieux… 

Je regrette de ne pas avoir visité les vestiges de « Petra », non loin de Ste Catherine, là aussi la folie s’est abattue sur le site, sur la mémoire de l’humanité, il ne reste que des ruines brisées par l’obscurantisme et le fanatisme…

Ariana Barras

Les commentaires sont fermés.