Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31 mars 2016

ECHAFAUD POUR UN CROYANT

Le plus dur pour moi est d'écrire la fin de notre histoire. Trouver le bon moment, s'il en existe un ? Essayer d'écrire la fin avant la fin pour que mon récit reste recevable.

Ne pas m'endormir sur cette page avec une impression de déjà lu ou pour me satisfaire de tiédeur et de médiocrité. Ne pas attendre de perdre le souffle et surtout respirer comme j’ai pris l’habitude de t’écrire. Ne pas goûter la lie jusqu’à l'amertume pour croire en demain ! Empêcher le mépris trop commode, trop vulgaire. Interdire les écueils de la monotonie et du dépit.

Repousser les blessures nuisibles, c’est le lot des imbéciles. Étouffer la rancœur et puis enfin partir, mais partir en avant. Partir sans douleur, sans désarroi, avec douceur. Partir pour en finir doucement, dignement.

J’ai peur de ce froid que tu mets en place mais je ne me rends pas ! Je me suis accroché comme un apnéique à notre histoire. Je me suis suspendu à l'Amour comme d'autres à l'alcool. J'y suis entré pensant pouvoir m'en sortir mais tu vois bien que je ne le peux plus.

Annexé je suis, alors je continue de t'écrire mais ton cœur dur reste accroché à tes certitudes, celles qui éloignent le désir et refusent l’abandon. Pourtant je ne suis pas fini et il doit y avoir une autre façon d’exister ?

Désormais tu habites une autre prison que la mienne, un monde de force et de servitudes où tu penses être portée en triomphe par un autre que moi. Un monde où tu crois obtenir la bienveillance, où tu crois assouvir ton irrésistible besoin de tendresse. Tu vois, je ne sais faire qu'une chose : Aimer pour être aimé, même si je ne le fais pas toujours bien.

Je suis fait pour le ravissement, pas pour la douleur et le saccage. Je suis écorché, brûlé au vif. Je me nourris de feu, de passion, de lendemains toujours plus forts.

Ça y est, nous y sommes, je suis en train de perdre ma substance, mon essentiel. Je refuse d'arriver à la fin et d’écrire ce mot meurtrier. Je t'écris cette lettre de rupture mais c'est une lettre d'amour que je veux que tu reçoives. Je te demande pardon pour toutes mes maladresses, elles sont probablement le fruit de tes silences mais je t'aimais à l'inconditionnel comme à l'imparfait !

Quelque chose se déchire à l'intérieur de moi. Mes pages se tournent à l'envers. Lentement mon livre se consume ! Mon histoire était trop belle et si étonnante, je lui offrais une résistance mais il lui fallait une fin. Je te laisse le désastre de me l’écrire !

SavalLd’Arvo 

Les commentaires sont fermés.