Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23 avril 2016

C’ETAIT UN VENDREDI ORDINAIRE…

Là où le voile d’un soir aurait pu se coucher doucement sur une couleur tiède de fin de journée, le 17ème coup de semonce est venu s’abîmer sur la fonte de mon village.

Là, en quelques phrases meurtrières, tu es venue faucher ma plus belle histoire, mes si belles joies et mes si tendres espérances. Là, en plein cœur de tes absences répétées ses derniers années, toi si flamboyante, si vivante, si vraie, si nature, tu es sortie victorieuse de tes silences. Alors, la nuit m’est tombée dessus pour devenir subitement un crépuscule !

Tu pars dans le vent mais pas dans le vide parce que tu étais tellement en moi que je voulais que tu deviennes tout simplement moi !

Il faut que tu saches que tes rêves étaient mes rêves et que j’aurais absolument tout fait pour les réaliser ! Que je serais allé chercher tout au fond de moi ce qu’il y a de meilleur pour t’aimer par Amour dans la tolérance, la bonté et la bienveillance…

Si mes paroles te semblent étranges, c’est que ma peine est accablante, déchirante, et que mes mots ne sont pas assez forts pour exprimer ce que je ressens ! Essaye de les comprendre car je voudrais que tu te souviennes de moi, non pas comme une fin, mais comme un perpétuel recommencement car je te souhaite tout ce que je n’ai pas su te donner.

SavalLd’Arvo

Les commentaires sont fermés.