Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31 mai 2016

commentaire sur l'albatros

C’est beau tout ce que vous écrivez. Moi aussi je viens des Corbières (Tuchan) et il a fallu que je parte pour suivre mon mari. Y a des soirs où j’en chialerais tellement mon pays me manque. Alors, merci de me raconter combien vous l’aimez.  

 

commentaire sur l'albatros

Quel magnifique hommage à nos Corbières natales. Force et sagesse, noblesse de cœur, beauté de cette nature tellement simple mais tellement grandiose à qui sait la voir et la comprendre. Mais je ne suis pas certaine (et c'est tant mieux) que tous les curieux à la recherche du sensationnel puissent aller au-delà du visible. Originaire de Cascastel, je sais que l’extraordinaire se cache sur les flancs de nos collines et entre les rangs de nos vignes. Bien à vous et merci de vos richesses.   

 

30 mai 2016

DE SEIGNEURS ET D'HOMMES

Au cœur de nos Corbières dévalent les comtés d’Aragon, jusqu'au pied de nos champs de pierres et de vignes, flanqués sur le sable. Tandis que les arbres rabattus sous le vent gouvernant se courbent vers la poussière.

Des Romains aux Wisigoths, et des invasions aux massacres de religions. Les allées de l'histoire nous content la richesse et la paix, la rudesse et les affrontements sanglants de ces lieux. 

L'ampleur des vallées écrasées de buissons épineux, et les gorges aux versants brusques, pris au feu éternel d'une poignée de désert sur front de mer, qui ne fleurit que sous la puissance des hommes et la force de la terre.

Si les chemins de pénitents se font ici plus exigeants qu'ailleurs, ce n'est que pour atteindre une victoire qui n'en est que meilleure. Et comme il me faut l'aimer pour me maintenir sur ce sol aussi ardent qu'un jeune volcan, marqué par la gloire, les batailles passées, et l'embrasure de lendemains ravivés.

Dans ce pays la dignité s'élève de nos citadelles installées aux cimes de nos roches écorchées, imposant leur majesté au royaume des aigles.

Châteaux au ciel de quelques bastides blanchâtres, épuisées de réfracter les rayons d'un soleil invincible, et de l'ermitage de nos villages redressés par ces pierres sèches, qui sous une pluie d'été se font aussi fraîches et douces qu'un baiser mouillé.

Ariana Barras 

29 mai 2016

commentaire sur l'albatros

Il s’enflamme rapidement, il ferraille couramment, mais il sait les vertus de la compassion. Alors, il enchaîne les idées de puissance et de noblesse sur ses terres natales où tourbillonne la tramontane. Et là il s’apaise muni d’une maîtresse : la soif de nous raconter que le désir lui mord encore les reins. Moi j’aime depuis longtemps et j’aime aussi le lui dire.

28 mai 2016

RESSUSCITER D’UN TOUT

En pensant combler mes manques, je trouvais un sens à mon existence et en étant aimé en retour, je croyais mes manques comblés. Un sentiment de vide, submergé par le châtiment inepte, perdu dans un monde en ruine, dévasté. Un moment de vertige parfois vécu comme un passage du tout au rien.

L’enjeu narcissique est alors si important que la réponse est dans la dépréciation ou dans l’élégante impatience de ne plus essayer de te convaincre parce que tu es devenue étanche à la beauté comme à la bonté !

Décidément, l’être humain a une grande difficulté à se définir par lui-même et il est bien difficile d’envisager les bénéfices secondaires d’un chagrin d’amour qui nous emporte. Et pourtant, encore et encore, ne serait-ce pas aussi l’occasion d’une renaissance ?

L’albatros a du plomb dans l’aile au point de tourner en rond désespérément sans espoir de se poser. Alors, quand le voile se déchire pour de bon, il réalise qu’il est existentiellement incomplet.

Il faut impérativement que l’oiseau des mers que je suis devenu, les yeux embués probablement par les alizés, se remette face au vent du grand large pour déployer sa voilure et vivre de nouvelles aventures, mais ça c’est une autre histoire que je ne pourrais plus jamais te conter !

Bon vent et merci de m’avoir laissé croire à l’infini…

SavalLd’Arvo

23 mai 2016

commentaire sur l'albatros

Je me demande comment vous faites pour rester aussi courtois avec ce parasol sous lequel vous vous abritez depuis si longtemps. Il vous marque de son ombre alors que vous méritez la pleine lumière. Alors un coup de viakal et de l’air. Bravo encore pour vos textes et la tournure de vos phrases.  

22 mai 2016

commentaire sur l'albatros

On ne peut expliquer les raisons d’un tel attachement, si ce n’est, et je vous l’espère Savall, par une étrange communion dans la fulgurance des corps, des cœurs et puis enfin des âmes. Voyez-vous, je ne pense pas qu’une relation de cette ampleur entre deux amants (je le suppose), puisse survivre alors que vous n’avez pas su vous découvrir amis, puisque la passion n’est jamais faite pour durer.