Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31 juillet 2016

LES SEMAILLES ET LES PASSIONS

Du doute éclairant et nécessaire, au doute aliénant et totalitaire. Qu’il soit un moteur essentiel à la pensée de l’homme, contestataire et semeur de nouveaux doutes pour nous conduire vers notre vérité. Ou qu’il devienne monarque toujours prompt à nous soumettre à sa suprématie, élevé à la hauteur de nos craintes. Occupé à saper toute fondation par le théâtre des opérations de son bras armé de mots prêts à sabrer, embarqués dans la plus pure démesure… Toi et moi le connaissons parfaitement, à nous de lui indiquer sa juste place pour qu’il cesse d’être paralysant.

Pour l’heure je n’ai aucun revers à avouer. Seulement la confession de quelques jours de déroute soutenue par la cadence régulière de tes errances, et de tes doutes marqués de distances, au point de ne pas me croire destinataire de tes dernières séquences épistolaires… Néanmoins, comment amorcer une correspondance sans risquer l’écueil de faire fausse route en couchant mes confidences réservées ?  

Quant à ma compréhension, elle entend le son de toutes tes notes… Ne lui reproche pas quelques faiblesses, elle n’a pas davantage démissionné que ma clémence. Se faisant toujours plus pleine et plus profonde durant la traversée de nos heures sombres. Alors comment pourrais-je ne pas encore aspirer à partager l’abrasion de ton compte à rebours, frappé par la trahison du temps qui reprend tout ce qu’il nous a confié ? En nettoyant la poussière de nos nuits, de nos aurores, et du fond de nos yeux, je souhaitais remettre l’horizon au bout du ciel et réfréner demain. Un projet sans grande éloquence fait de belles insignifiances, de simplicité, de flamme, et de sensualité…

Mais avec qui puis-je convier les fragrances de nos sentiers inhalant la complicité de nos consonances, et le soyeux de notre romance ? Puisque les lignes de ton manuscrit s’entrelacent encore aux miennes et semblent se solliciter jusqu’à la dernière de nos pages. Je peux encore désirer te réserver mes abords les plus privés, et mes tendres et douces allées comme la fraîcheur d’un déjeuner sur l’herbe, ma bouche éclose, et la lumière tombant en prose sur le sol comme une pluie légère de printemps.

Ariana Barras

LES MOTS QUE L'ON NE DIT PAS

Savez-vous où vont les mots que l'on ne dit pas ?

Où va ce que vous voulez faire mais ne faites pas ?

Où va ce que vous vous empêchez de ressentir ?

On aimerait bien que tout cela tombe dans l'oubli, mais ce que l'on ne dit pas s'accumule dans notre corps et remplit notre âme de cris muets.

Ce que l'on ne dit pas se transforme en insomnie, en douleur, en perte de temps.

Ce que l'on ne dit pas se transforme en devoir, en dette.
Les mots que l'on ne dit pas se transforment en frustration, en tristesse, en un manque de satisfaction.
Ce que l'on ne dit pas ne meurt pas, mais nous tue.
 

commentaire sur l'albatros

Laisse ton âme exalter ta raison, jusqu’aux hauteurs de la passion pour qu’elle puisse chanter, et laisse la raison diriger ta passion afin que ta passion vive à travers ses renaissances quotidiennes tel le phénix renaît de ses propres cendres.

30 juillet 2016

PASSION INTERDITE

Il savait qu’il ne lui resterait qu’un revers avoué, une faiblesse acceptée mais rehaussée d’une tendre clémence.

Il savait qu’il subirait des résistances inhérentes à l’existence qu’il s’était infligé pour l’aimer et, à défaut, pour la distraire de son automne monotone !

Et puis à quoi cela lui servirait-il de s’épanouir dans un nouvel art du bien-être par la lecture d’un missel chargé d’incompréhensions puisqu’il savait aussi qu’il ne serait jamais plus en aisance et sans délivrance possible…

Sensible, il résiste, forçant la philosophie de la vie ordinaire à s’amplifier pour rejoindre la sienne, au risque de s’accorder sur des romances d’Aragon, essentielles, rêches et à la fois légères !

Est-il nécessaire de faire confidence que cette expérience polarise encore son existence sans échappatoire possible ? Etourdi et fourbu, notre homme n’est plus tout à fait certain que cette allégorie méritait autant de force et de brillance. Sept fois à terre, huit fois debout, il rêvait d’une histoire simple qu’il voulait admirable avec cette comète, prêt à la faire scintiller en toutes saisons. Mais, cette fois-ci, sans aucune trahison charnelle ou morale car le voyage en valait la peine !

Au fait, si je m’écoutais, je continuerais à vous faire des mots avec des virgules et des qualificatifs sur ce couple qui se débat avec les élans du cœur à ce point interdits qu’ils peuvent devenir mortels.

Je sais qu’en creusant mon refuge, je creuse aussi mes angoisses.

SavalLd’Arvo

28 juillet 2016

commentaire sur l'albatros

Apprenons à écouter notre âme à ce qui vient du plus profond de nous-même ne laissons pas nos illusions diriger notre vie.. Notre conscience sait qu'il ne s'agit pas de la réalité et qu'on fait fausse route. Mais si on n’écoute pas notre cœur on laisse ces illusions nous mener en bateau et nous priver d'une vraie liberté ... Belle journée 

LE DOUTE EST-IL PERMIS

Douter de l’un, puis de l’autre, et puis de l’un avec l’autre !

Dire qu’il m’a fallu tout ce temps pour comprendre, admettre, concilier, écrire, enfin écrire. Tous ces mots échangés sur l’écran, perdus, décousus, retrouvés, recollés, jetés parce qu’ils refusaient que les souvenirs s’accumulent et s’entassent au même endroit, que les mots croupissent dans un dossier de ma bécane pour qu’ils ne sentent jamais le vieux ni le ranci, et qu’ils gardent éternellement leur liberté, leur liberté de nuire et de séduire!

Je t’attends à farfouiller mon passé, à interroger mes souvenirs, à vivre mon compte à rebours que tu ne veux plus jamais partager, ceux qui illustrent le mieux mes accès de vertige, mes excès de vestiges ! 
Mais avec qui veux tu que j’ouvre mon livre et que je le lise… à part toi, puisque tu fermeras ma dernière page !

SavalLd’Arvo

commentaire sur l'albatros

Le noyau central de l'esprit vivant d'un homme, c'est sa passion pour l'aventure. (...) Si tu penses que la joie vient seulement ou principalement des relations humaines, tu te trompes. (...) Elle est dans toute chose que nous pouvons connaître. Il faut seulement que nous ayons le courage de tourner le dos à nos habitudes et de nous engager dans une façon de vivre non conventionnelle.
Alex McCandless, lettre