Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29 octobre 2016

commentaire sur l'albatros

Une grande spontanéité, des allégories pures et émouvantes, une écriture élégante et si lumineuse. Un désir sans fin.

 

DU SOLEIL, SINON RIEN

Je suis conscient de m’être bridé pour ta trop simple éventualité. 

Je me suis empêché d’agir en conformité avec le présent à cause de ton peut-être, à cause de cette rencontre au moment que je ne voulais réellement pas maîtriser.

Et puis, pourquoi freiner le raisonnable au cas où le plaisir me tomberait encore dessus, un peu comme la foudre sur un illuminé.

Me dire, on ne sait jamais, ça peut toujours arriver, personne n’est à l’abri d’un moment d’intense bien-être inespéré.

Savall 

27 octobre 2016

ENTRE TERRE ET CIEL

Les fins n’ont jamais été un soulagement pour personne et pour moi, la nôtre a été catastrophique. Nous savons tous ce qu’est le fait de perdre quelqu’un de proche, celui d’accueillir la fatalité les bras ouverts, l’esprit en vrac et le cœur en misère ! Tu sais parfaitement que j’ai du mal à supporter le fait que les choses aimées finissent mal ! Et puis quand j’aime c’est pour de bon, en principe c’est pour l’éternité !

Sensible à l’appartenance comme à la dépossession au point de ne pas accepter les principes de cette vie que tu m’imposes et c’est pour toutes ces raisons que je veux comprendre et réinventer le monde par le biais de mes histoires !

Mais je ne savais pas que j’allais porter de plus en plus un regard terne sur le monde ! Tellement de bouleversements se produiront encore comme si cela ne suffisait pas ! Tellement de choses qui auront raison de nous ! Il y a des fois où je me demande s’il ne faudrait pas organiser des galas de charité pour toute la planète ?

Mais, dans tout ce fracas, voilà ce que je suis devenu : un homme solide, jouant juste, menant sa vie de son mieux mais avec mesure et passion.

Alors, c’est entre quelques confessions rêches et quelques éclats de nos rires que je suis disposé à me réduire pour qu’une autre femme se révèle en toi : celle qui choisira de se réinventer plutôt que de se dissoudre !

Donne-moi la main et serre autant que tu peux. Et surtout, parce que tout s’annonce plus difficile, mettons une fin à cette solitude contenue et agissons avant que la fronde ne s’élève à nouveau ou que l’ennui ne nous étouffe.

Je t’en prie, gardons cette soif de croire en la vie et en ce qu’elle nous offre !

SavalLd’Arvo

24 octobre 2016

LA SOURIS ACCOUCHE D’UNE MONTAGNE

Au début, je me laisse guider sous le bandeau en tapant quelques mots, quelques lignes, puis une forme se dessine et m’invite à poursuivre.

Dès que je tiens une direction, je lui place une allégorie ou un symbole pour l’embellir. Je lui trouve un souffle, une cadence, un son, une association comme des notes couchées en quinconce sur une portée.

Je la pétris toutes les heures parfois, tous les jours souvent, puis je laisse reposer la pâte jusqu’à ce qu’elle vienne résonner en moi.

Et puis, je décortique mon quotidien, les non-dits entre les êtres, mes petites habitudes, mes tics verbaux, et dès que le timbre parvient à me convaincre sur l’esprit et la sonorité je te livre mon art de vivre en beauté.

SavalLd’Arvo

21 octobre 2016

commentaire sur l'albatros

Ben dis donc, il y en a une qui doit se sentir visée, mais de la plus belle des manières. Un chevalier romantique ce garçon.

20 octobre 2016

commentaire sur l'albatros

Probablement "un coup de froid", mais comment ne pas craquer devant une telle déclaration ?

LE RETOUR DES BEAUX JOURS

Je t’en prie, ne sélectionne que les passages sans ordonnance. Cueille les plus plaisants et les plus consistants. Ne t’attarde que sur le savoureux et l’estimable.

Saisis mes convenances comme de belles récoltes. Rejoint l’esprit et le cœur que tu me connais et laisse le reste aux renards et aux buses !

Et puis, prend ma main et laisse-moi te guider dès les premiers arômes de l’origine d’une clarté.

Ecoute avec moi la terre se lever pour ressusciter d’elle-même.

Apprend avec moi à dévisager ce soleil unique encore enveloppé de sa tunique rouge, il s’arrange toujours pour prendre la relève d’une voie lactée !

SavalLd’Arvo