Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06 avril 2017

SENSATIONS

Un coup de sifflet bref, les portes se ferment en sourdine, ton train s’en va. Et toi, sans un dernier regard, tu me laisses seul, penaud sur le quai, le visage en plein vent.

J’ai tout d’abord refusé d’y croire, assez longtemps même, trop longtemps. Et maintenant ? Je n’en sais rien, fichtrement rien, mais il faut que je me rende à l’évidence : tu as repris ta liberté dans une totale indifférence. Ta liberté qui n’en est pas une puisque tu es contrainte et forcée de vivre encore ce que jadis tu vomissais !

Pour moi rien n’y fait, rien ne comble ce vide, et encore moins les heures et les jours qui passent dans l’alternance d’un peu de bien et de pas mal de regrets.

Savall

Les commentaires sont fermés.