Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11 août 2018

UN CRU NAGUERE EN PERDITION…

Le 3 mai 1899, elle se nommait Marie et lui Armand.

Elle était fille du moulin, lui vigneron maître d’armes. Ils se convenaient parce qu’il ne pouvait en être autrement ! Ils ont pris la barre d’un vaisseau d’incertitudes au milieu des grappes et des amandes car ici, en terre occitane, le sang de la vigne irrigue les rêves et façonne l’histoire ! Alors, ils sillonnaient leurs sillons d’argile dès l’aube parce qu’il en était ainsi depuis et que rien n’y changerait.

Perdurer ne correspondait pas à l’idée qu’ils se faisaient d’eux-mêmes puisque les circonstances les portaient. Un détachement aux fureurs de ce monde authentique qui prenait ses distances. Une quiétude vite dans l’inquiétude, une simplicité éraflée parsemée d’éclats.

Les enfants naissaient par obligation en se posant là.

Le temps a défilé, les souvenances ont décampé et les secrets persistent ! Et c’est alors que le récit des provenances, dont je ne suis que le fruit, devint une sobre et ultime déclaration d’amour à la souffrance !

Savall d’Arvo