Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23 septembre 2018

AU PAYS DE SONGES

Elle tendrait à filer vers son propre dépôt de bilan face à des sensations qui pourraient foutre le camp. Un ultimatum pourrait affaiblir son élan comme pour prouver qu’elle n’existe que pour elle-même, comme si tout dépendait de cet envoûtement qu’elle traine depuis si longtemps.

Elle est parvenue lentement à l’heure présumée, car l’âge l’interpelle face à ce miroir matinal qui ne lui accorde aucune complaisance. Elle est au midi de sa vie et peut être au minuit de son triomphe présumé ? A moins que ce ne soit ni l’un et ni les autres, juste le temps de pointer à l’heure de son existence au milieu de cette confession où tout lui semble évident, incontestable, logique alors que cette vie monotone tombe en miette dans cette inclinaison qui n’est plus une montée au septième. Elle tente une autre vie, celle qu’elle connait déjà malgré les dégâts d’ici-bas et la certitude d’avoir vécu sans atteindre le haut !

Le destin frappera ses douze coups sur l’enclume. Saura-t-elle se sauver de cette péripétie où le bonheur se grille comme un papillon sur l’ampoule du provisoire ?

Savall d’Arvo

21 septembre 2018

CŒUR A FLEUR

Il est 5h, la nuit s’extirpe lentement de mon chez moi pour que je puisse installer dans son chez elle ma singulière tournure. Il fait encore sombre dans ma tourelle en cet instant alors que j’écris en noir sur un blanc d’une étonnante clarté. Il me faut juste trouver un zeste d’aptitude pour mettre à plat une nouvelle histoire pas encore célébrée. Alors, je monte sur scène où je joue le ravi pour ne pas faire l’ange qui va se tirer à tire d’aile à la moindre bourrasque.

Pour conquérir peut être l’inutile, je tente de m’installer au cœur d’une allée à l’ombre des floraisons, splendide d’alliances, effrayante de lucidité, débordante de tonicité et bien plus encore pour activer le retour de mes beaux jours face à la grande bleue.

Il n’en est presque rien de cette mise en scène que je veux poétique puisque je ne suis qu’un colporteur de belles images, doublé d’un rançonneur pour qui seule la chaleur authentique compte et m’adoucit…

Savall d’Arvo