Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19 mai 2017

MÉLODIE POUR UN SCRIBE

Je parle de ce que je connais le mieux : moi !

Savall

DIVINES MOISSONS

Et puis vous, spectateur de ma débâcle, je vous lis au quotidien pour ceux qui veulent bien le faire.

Je vous lis et je suis conquis par vos univers pas si différents, par vos exils si palpables, par vos adulations excessives.

Plus je vous lis et moins j’ai envie de partir. Je vous sais gré de vos écrits, de vos lectures, de votre présence.

Je sais votre regard posé sur la cambrure de mes mots, je vous sens donner du souffle à mon exhibition.

Comme c’est délectable de se savoir observé et puis bafoué par celle qui m’inonde de ses silences car je la sais là à me lire, plantée derrière les murs de cette alcôve austère de carmélite qui ne sourira plus jamais.

SavalLd'Arvo

17 mai 2017

DETOX

Et puis mes mots, ces mots que j’essaye de tirer au cordeau, que je veux poser sur mon épreuve comme une onction pour l’éteindre, pour l’inhiber, pour l’étouffer.

Au fond, moi aussi, lorsque je relis mes écrits souvent dévastateurs, je n’ai carrément plus envie de partir, bien que tel était mon projet, partir, fuir, me déménager de moi-même, quitter ce sol que tu as ravagé.

Savall

16 mai 2017

LA NUIT EST PASSÉE

Comme toutes les autres jusqu’à l’aube de l’aube.

Aux lueurs naissantes, j’ai calmé mes ardeurs nocturnes par la force des choses.

Je me suis senti l’esprit vaporeux d’un lendemain d’agitation, cela me donne à reconsidérer le froid de ma tête ainsi que la combustion de mon cœur.

Savall

15 mai 2017

commentaire sur l'albatros

Non tous les hommes ne sont pas inconstants, vous en êtes la preuve cher Monsieur et je dirais même que certains, selon leurs joutes matinales, parviennent à être flamboyants…

14 mai 2017

ALFRED DE MUSSET "ON NE BADINE PAS AVEC L'AMOUR."

Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n’est qu’un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c’est l’union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière, et on se dit : J’ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois ; mais j’ai aimé. C’est moi qui ai vécu, et non pas un être factice crée par mon orgueil et mon ennui.

13 mai 2017

commentaire sur l'albatros

Amour, passion, poésie, dentelle, puissance, fracas… comme toujours l’un des deux s’en fiche !