Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09 septembre 2017

AUX ROYAUME DES AVEUGLES…

Quand je demande à ceux que je rencontre de me parler d'eux- mêmes, je suis souvent attristée par la pauvreté de ma moisson. Je ne veux pas savoir quel rôle vous est confié cette saison au théâtre mais qui vous êtes, ce qui vous habite, vous réjouit, vous saisit ?

Beaucoup persistent à ne pas me comprendre, habitués qu'ils sont à ne pas attribuer d'importance à la vie qui bouge doucement en eux.

Savent-ils encore que la vie est une musique sacrée presque imperceptible qui va casser, lasser, et même cesser si on ne se penche pas vers elle ? La vie c’est aussi l’énergie d’une gamme qui s’inscrit dans l’instant !

Savall

08 septembre 2017

PASSIONS… PASSIONNÉMENT

Elle nous fait passer le temps disait Tristan Bernard.

La vie, du moins la mienne, n’est faite que de ça et pour ça : une Tosca ou une Butterfly en plein air, une Pompadour d’Embres ou un rosé d’Aumérade autour d’un tapis d’aubergines à la provençale, un mot pesé et posé là à sa juste place, une glace vanille bourbon et puis une croisière sur tes courbes, celles qui me désagrègent…

Et puis, la passion de la grandiose sensibilité humaine, pas seulement l’humanisme trop à la mode, mais la générosité gracieuse des êtres qui offrent sans rien attendre de glorieux, inévitable clés de voûte de nos temps à venir.

Alors oui, mes passions engloutissent le temps et tes absences. Je suis l’otage de la déraison, du plaisir et de la frustration, du désir et de la désolation… mais j’ai la liberté de l’âme.

L’amour-passion, le plus grand défis d’une existence humaine, n’est-il pas l’âme de la parole ?

SavalLd’Arvo

06 septembre 2017

LE MASQUE DE VERITE

Mais quand cesseras-tu de te couvrir la face d’une couche telle que rien ne puisse réellement apparaître de ce que tu es ?

Mais quand décideras-tu de te débarrasser de ce fond si épais à la dorure d’un orange cendré ? Il t’asphyxie et empêche ton visage de s’éclairer ?

Et puis pourquoi cet amoncellement soudain de paillettes argentées que tu couches sur tes paupières… elles feraient pâlir de jalousie quelques vieilles rombières en mal d’existence ?

Le temps est probablement venu de te retrouver dans l’art du mélange et de l’illusion ?

J’aurais tellement voulu rendre ta belle intelligence heureuse et tes réparties joyeuses, leur donner un autre souffle que celui de l’étouffement !

Mes souvenances ne me mentent jamais !

Savall

03 septembre 2017

A L’OMBRE DES MIENS

Là, en plein cagnard de cet été malfaisant, ils ont été déposés jusqu’à la nuit de mon temps puisque j’ai dépassé le leur et qu’aucun de mes suivants ne viendra s’en attendrir.

Autour de ces patronymes sculptés dans la pierre même pas tendre, quelques visages mal photographiés s’agrègent de souvenirs, émouvants, drôles, tout ce monde devenu passager alors qu’il s’acharnait à vivre.

Ces noms jetés en ordre sur leur pierre tombale comme autant de défis jetés à l’absence, autant de petites victoires sur leurs vies de misère.

Ils ont vécu tant mal que bien fut un temps.

Et Elles, ces femmes glorieuses de ma vie qui ont enfanté par inadvertance sous les butées indélicates de leur amant invariable, parce qu’Elles étaient soumises à une destinée déjà compromise.

Propulsé vers une autre destinée mais pourvu d’un inestimable bagage, je veux croire que c’est parce qu’ils pressentaient qu’un jour je serais leur mémoire pour qu’ils ne soient pas ensevelis à jamais par l’oubli.

SavalLd’Arvo