Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09 mars 2018

LE JOUR S’EST LEVE ET JE L’AI REGARDE FAIRE

L'histoire des hommes s'écrit en des péripéties où l'on voit se défier sous tous les cieux, des monarques et des bourreaux, des chefs d'état ou des geôliers, des religions dressées les unes contre les autres.

Une crise violente secoue les pays et n’épargne pas le nôtre. Elle témoigne de la folie de vaines appétences, de projets pharaoniques de dirigeants paranoïaques qui oublient leurs origines, qui affament les peuples et les assoiffent de liberté et d'humanité.

Tous les conflits ont écrit dans l'histoire des hommes, un fascinant roman, aux héros innombrables, inventeurs de tragédies nouvelles où le sublime ne cesse de côtoyer l'horreur. Partout la révolte gronde dans les rues et dans les âmes ! Un cri unanime réclame du pain et non la faim, du travail et non du chômage, la paix et non la guerre, l'amour et non la haine, l'harmonie et non le chaos...

Pourtant, il suffirait d’un peu de lumière pour chasser beaucoup de noirceurs, d’un peu de vérité pour anéantir beaucoup de mensonges.

Savall d’Arvo

03 mars 2018

CONFIDENCE POUR CONFIDENCE

Vous et moi, nous ne sommes liés de nulle part où presque et pourtant je vous écris et vous me faites la grâce de me lire ! Par ce moyen de locomotion cérébrale, je pense vraiment qu’il m’arrive d’aller avec vous au delà de mon intime confession !

Je vide ma besace et donne en pâture, à qui sait entrevoir dans ce marasme de mots, mes quelques fêlures et ces sensations que je voudrais tant hardies qu’élégantes !

L’écriture serait un épanchement, un exutoire, une expiation qui se solde souvent par des crises démonstratives du soi-même et vous assigne ce rôle d’aiguilleur dont j’ai besoin pour m’absoudre !

Et tout se passe à votre insu ou presque puisque vous me faite l’honneur de me rejoindre dans mes bas fonds, comme si mes mots se pressuraient d'eux-mêmes sous les rouages de la lecture que je vous impose.

Mes écrits révèlent probablement des choses que je n’ose m’avouer ? Et alors ! L’essentiel c’est d’en avoir conscience et de se laisser aller aux confidences pour se satisfaire et c’est en me racontant, et puis à vous aussi, que je me dévoile de jour en jour et que je commence à me dédouaner de mes frénésies comme de mes pudeurs.

Et si je vous disais que ma démarche est inverse et que je cherche clairement par le verbe à me soustraire des agitations en m’en effaçant tel l’opportuniste qui se pare du nombre. Je pourrais ainsi vous leurrer en vous éconduisant de belle manière, en usant d’artifices poétiques et de syntaxes chaotiques, espérant qu’on ne vît jamais ce dédoublement de l’âme.

Ne voyez-vous pas qu’en écrivant je fais diversion, je happe vos méninges, je détourne mes extravagances et mets tout cela en exergue pour vous séduire…

Savall d’Arvo

Merci de vos commentaires !