Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24 décembre 2016

LES FLEURS DU BIEN

Après avoir tout essayé pour faire de moi ce que je voulais en faire, se pose l’intéressante question : le temps de l’ensemencement est-il plus important que celui de la récolte ?

Si tu prenais le temps d’interpréter cette énigme spirituelle, tu pourrais me répondre que c’est l’œuvre de toute une vie ! A cela j’ajouterais qu’il s’agit de trouver sa source pour se modifier soi-même et aurais-tu trouvé cette origine aussi mince qu’un fil de soie ? Moi je la cherche encore en mettant sans cesse mes pensées en marche et le simple fait de les écrire, de les ordonner, de raconter le sel d’une journée fade, de te les dévoiler même, m’aide à y parvenir !

L’exercice consiste à trouver le mot juste pour être au plus près d’une vérité qui nous échappe encore et ce tant que l’on n’a pas accepté de rédiger son écriture de soi ! Tu sais toute l’admiration que je porte aux êtres qui aiment passionnément la Vie, car l’essentiel est de l’alimenter intérieurement et de la façon la plus intense ! Alors, et même si elles te laissent froide, accepte quelques fleurs de ce jardin abandonné en te souhaitant de tout cœur d’y parvenir un jour.

SavalLd’Arvo

20 décembre 2016

DONNER SANS COMPTER

Tout donner à quelqu'un, n'est jamais assurance qu'il vous aimera en retour ! Attendez seulement que cela grandisse dans son cœur. Mais si cela ne se produit pas, soyez satisfait tout de même que cet amour ait grandi le vôtre.

Cela prend seulement quelques heures pour remarquer quelqu'un, combien de jours pour l'apprécier et combien de temps pour l'aimer ? Mais oublier quelqu'un que l'on a aimé véritablement, prend toute une vie !

Rêvez ce que vous voulez, allez parce que vous n'avez qu'une seule vie et peu de chance de faire ce que vous avez envie de faire.

Puissiez-vous avoir assez de bonheurs pour vous rendre agréable, assez d'embûches pour vous rendre fort, assez de chagrins pour vous garder humain, assez d'espoir pour vous rendre heureux.

SavalLd’Arvo

30 novembre 2016

L’ELEGANCE

Comme pour bien des choses, je dois retrouver mon commencement, là où mon admiration se faisait totale lorsque ma Mère se faisait simplement jolie pour accueillir l’homme de sa vie.

Ce sont ces instants fondateurs qui m’ont autorisé à découvrir l’élégance du geste, mais surtout celle du cœur et de l’esprit.

Et puis cette autre élégance, celle de la morale basée sur l’étonnement, la constance et la modestie.

« L’élégance serait l’imparfait de la perfection ? »

Décidément, mon apprentissage se poursuivra à l’infini.

SavalLd’Arvo

09 novembre 2016

TRUMP

" Nous payons l’appauvrissement global et l’enrichissement indécent d’une caste. Nous payons l’abandon de l’éducation et la glorification d’Hanouna."

"Il faut de toute urgence débarquer l’ensemble de notre classe politique indécente: frapper d’inéligibilité tous ceux qui ont été condamné, demander l’application de la loi sur le non-cumul des mandats, ne plus rien laisser passer et EXIGER une moralisation des médias et engager SYSTÉMATIQUEMENT leur responsabilité éditoriale, arrêter de donner la parole à des gens qui n’ont aucune espèce d’idée de ce qu’est la vie des citoyens d’un pays."

01 novembre 2016

CHEVAUCHÉE CLANDESTINE

La passion s’estompe lentement pour prendre d’autres couleurs moins visibles comme une chronique qui se lézarde au soleil. Aucun signe de vie pour nourrir ma grisaille en cette fin de vent d’anges.

Ce temps de Toussaint et son chemin de croix dans les brumes matinales. J’attends la pluie comme un coup de fil, comme un coup d’éclat mais rien ou si peu pour ravitailler mes vertiges en désordre !

La débâcle de ces millions de mots que je me suis fabriqué de toute pièce avec ce peu qu’il me reste de fertile. Alors que la romance aurait pu se refaire en quelques lignes inachevées, j’ai droit aux matins sans rien, aux séquences vides pour me suspendre !

Mes liseurs auraient pu me dire qu’attendre est une nouvelle maladie, une maladie mentale même, une dégringolade qui charrie son lot de mélos dans ce pays qui n’ose plus murmurer.

Contraint, je repars sans bagage, sans identité affirmée, sans le désir de renaitre après avoir tenté de me délester des pesanteurs du passé. Je suis venu de nulle part, d’un à peu près, juste de l’autre côté de cette satanée passerelle tournée vers un futur inanimé. J’ai appris à me vider de moi-même jusqu’à ces derniers mots.

Il va falloir que je me réinvente un style de vie pour m’adapter à la précarité des lieux hostiles. Il ne me reste plus qu’à scruter l’instant pour m’emparer du perpétuel… une histoire de craies blanche en ce jour de rentrée que le tableau noir ne veut plus effacer.

Y a des jours, je foutrais bien le camp sur l’île d’Elbe pour ne revenir que cent jours après… peut être où bien jamais pour plonger, seul, dans l’eau obscure de l’inconnu.

SavalLd’Arvo

27 octobre 2016

ENTRE TERRE ET CIEL

Les fins n’ont jamais été un soulagement pour personne et pour moi, la nôtre a été catastrophique. Nous savons tous ce qu’est le fait de perdre quelqu’un de proche, celui d’accueillir la fatalité les bras ouverts, l’esprit en vrac et le cœur en misère ! Tu sais parfaitement que j’ai du mal à supporter le fait que les choses aimées finissent mal ! Et puis quand j’aime c’est pour de bon, en principe c’est pour l’éternité !

Sensible à l’appartenance comme à la dépossession au point de ne pas accepter les principes de cette vie que tu m’imposes et c’est pour toutes ces raisons que je veux comprendre et réinventer le monde par le biais de mes histoires !

Mais je ne savais pas que j’allais porter de plus en plus un regard terne sur le monde ! Tellement de bouleversements se produiront encore comme si cela ne suffisait pas ! Tellement de choses qui auront raison de nous ! Il y a des fois où je me demande s’il ne faudrait pas organiser des galas de charité pour toute la planète ?

Mais, dans tout ce fracas, voilà ce que je suis devenu : un homme solide, jouant juste, menant sa vie de son mieux mais avec mesure et passion.

Alors, c’est entre quelques confessions rêches et quelques éclats de nos rires que je suis disposé à me réduire pour qu’une autre femme se révèle en toi : celle qui choisira de se réinventer plutôt que de se dissoudre !

Donne-moi la main et serre autant que tu peux. Et surtout, parce que tout s’annonce plus difficile, mettons une fin à cette solitude contenue et agissons avant que la fronde ne s’élève à nouveau ou que l’ennui ne nous étouffe.

Je t’en prie, gardons cette soif de croire en la vie et en ce qu’elle nous offre !

SavalLd’Arvo

20 octobre 2016

LE RETOUR DES BEAUX JOURS

Je t’en prie, ne sélectionne que les passages sans ordonnance. Cueille les plus plaisants et les plus consistants. Ne t’attarde que sur le savoureux et l’estimable.

Saisis mes convenances comme de belles récoltes. Rejoint l’esprit et le cœur que tu me connais et laisse le reste aux renards et aux buses !

Et puis, prend ma main et laisse-moi te guider dès les premiers arômes de l’origine d’une clarté.

Ecoute avec moi la terre se lever pour ressusciter d’elle-même.

Apprend avec moi à dévisager ce soleil unique encore enveloppé de sa tunique rouge, il s’arrange toujours pour prendre la relève d’une voie lactée !

SavalLd’Arvo