Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25 juin 2017

UNE GUERRE SE TAIT

Tu vois, j’ai pas grand-chose à écrire, même en faisant le tri dans ma tête, mes pensées s’entassent autour de mon esprit et quelquefois des rébus d’idées, le tout reclus à la périphérie de mes rêves et de tentatives de notes expéditives pour aller chercher de plus en plus loin mon ailleurs !

Et puis, si lointaine et si proche, la voix caressante d’une jeune chanteuse lyrique posée sur des rythmes charnels, un univers musical qui navigue entre mélopées ensorceleuses pour nuits de frisson et ballades lumineuses, en fait la conception et la projection de mon moi-même !

Et pendant tout ce temps, les heures tournent, immorales au bas de mon écran, presque tétanisées à cette rampe qui monte aux cieux.

SavalLd'Arvo

24 juin 2017

OCEALYS LA LEGENDE

Une nouvelle que je trace depuis bon nombre et qu’aujourd’hui j’affiche clairement avec le simple désir de vous distraire !

Une histoire baignée de bout en bout par une sorte de magie due à l’intensité des actes cachés, des mots passion et des images secrètes dont la morsure à la force du feu ou celle de la glace. Une histoire dessinée avec une encre mêlée d’amour, de silences et de rage.

Savall vous conte ses souvenirs, ceux qui lui ont laissé des bleus à l’âme, alors qu’il savait pertinemment que « les sentiments, c’est juste pour se faire avoir » et que ce n’est pas la souffrance qui fait la grandeur de l’homme, mais c’est la façon dont il assume ce défi lancé à sa liberté et à ses espérances.

17 juin 2017

EXAMEN DE CONSCIENCE

Si tu me voyais parfois fermer ma gueule c’est parce que j’en avais assez de l’ouvrir ! Si tu savais comme il m’arrive de m’écraser devant le système et comme j’apostrophe le monde alors qu’il m’enjoint de la fermer ! Dans un sens, il a raison, et dans un autre je l’emmerde puisque je vis ma vie ! Et puis lorsque j’en ai assez de marcher courbaturé, au pas, l’auriculaire sur la couture… je me redresse d’un seul coup, la lame entre les dents comme un renégat qui s’offre l’ultime plaisir de nuire !

J’en ai assez de m’astreindre, de me résigner, de me plier aux règles de mes semblables. En fait, je ne leur ressemble en rien et ils ne le savent même pas ! Il m’arrive d’avoir honte d’être la continuité de mon genre humain : je rampe donc je suis me dit parfois mon autre !

Je suis à la fois raisonnable et absurde, rectiligne et déluré. Je ne mérite même pas de penser à écrire et encore moins d’être lu. Je secoue mon accablante mémoire et mes bas instincts pour tenter de me répondre et de me répandre au plus juste… Je ronge le frein de mon silence et me lâche dans ce vide presque plein !

Mais faut-il s’arracher autant pour arriver à ce presque rien ?

SavalLd’Arvo

10 juin 2017

ETAT DES LIEUX

Je n'ai plus de patience, non pas parce que je sois devenu arrogant, mais parce que je suis arrivé à un point dans ma vie où je ne veux plus perdre de temps avec les cons et de fait, je ne veux plus plaire à ceux qui ne m'aiment pas comme j'ai décidé de ne plus vivre avec la prétention, l'hypocrisie et la malhonnêteté.

Je ne tolère plus l'érudition sélective et l'arrogance académique de ceux qui prétendent tout savoir, je n'ai plus à m'adapter.

Je crois à un monde de contraires et c'est pour ça que j'évite des gens ayant un caractère inflexible parce qu’ils se sont emparés d’un titre ou d’une aptitude.

En amitié, je n'aime pas le manque de loyauté ni la trahison et pour couronner le tout, je n'ai aucune patience pour ceux qui ne méritent pas ma patience.

Mon texte est inspiré de celui de Meryl Streep

SavalLd’Arvo

07 juin 2017

LA SAISON DES PEPITES 3

J’ai compris qu’expérience ne rime pas avec sagesse.

Ce que l’on vit ne nous rend pas plus sages ou plus matures, ce sont les leçons qu’on en tire et la façon dont on les applique qui font toute la différence.

J’ai appris à ne pas m’en faire avec un rien puisque chaque jour j’ai mille raisons de sourire et mille autres d’être heureux.

Il en est de même pour chacun de nous, quand on a autant d’arguments positifs d’un côté comme de l’autre, à quoi bon choisir d’être déprimé ou triste.

Ça pourrait être pire tout comme ça pourrait toujours être mieux.

Savall

28 mai 2017

« REPOSE-TOI SUR L’OREILLER DU DOUTE » me soufflait une nuit Montaigne !

Est-il nécessaire que je te dise que je n’aurais pas voulu être un homme sans aspérités, sans histoires, dénué de contenu, sans le moindre doute !

Alors pour te distraire, au moins, je ne cesse de croiser mes humeurs sur cette toile pour trouver l’instant propice qui m’octroierait le plaisir de te troubler !

Tu sais parfaitement que j’aime partager mes idées, à dire sans hausser le son, à traiter de la culpabilité, à hanter les mémoires, à évoquer la fragilité et la puissance des sentiments, à parler de l’égoïsme et de l’appartenance !

En fait, je suis un inspiré du monde réel et je cherche le divin plaisir de plaire aussi bien au diable qu’à l’évêque.

J’aime aussi les situations ordinaires où les gens ordinaires sont poussés dans leurs retranchements.

SavalLd’Arvo

20 mai 2017

LE FILS DE ZARATHOUSTRA

La liberté commence avec la complète possession de soi-même, avec l'appropriation clairement affirmée de notre corps et de notre esprit.

Quelles sont donc les plus lourdes chaînes de l'homme ? Celles qui sont à l'intérieur de sa tête, rivetées dans son crâne par les sermonneurs des siècles passés ou les moralistes du temps présent et qui lui font dire : je dois chaque matin lorsqu'il se lève. 

Être libre, c'est se posséder soi-même.