Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26 mai 2018

HEUREUX QUI COMME…

Il y a pire défaite que celle de disparaître de sa propre histoire : s’oublier soi-même et franchir le fleuve de l’oubli sans en avoir les pieds mouillés ! Les Grecs, ceux d’un autre temps, avaient trouvé un moyen d’accéder à la perpétuité en construisant des cités fantastiques, en couvrant le monde d’ouvrages sublimes, en concevant des systèmes politiques et des lois qu’ils pensaient immortelles… Puis les fables monothéistes apporteront leur remède pour calmer les angoisses en affirmant que quiconque pouvait prétendre au paradis !

Alors, abandonne l’idée insensée de la haute opinion que tu te fais de ta petite personne, délaisse les créatures creuses et ces prétendus magiciens qui tentent de te dévier de ta trajectoire, rejette à la mer les sirènes ensorcelantes qui n’ont qu’une hâte, celle de te faire oublier jusqu’à ton apparence pour te couvrir d’écailles argentées…

Depuis que les demi-dieux ne ressemblent plus à Ulysse, les sociétés dupliquent les héros qui leur ressemblent…

Savall d’Arvo

24 mai 2018

INCURSION RÉUSSIE

L’écrire et puis l’écrire à nouveau pour éviter l’errance. Non l’écriture n’est pas prête de s’éteindre. J’y ai trouvé gout et je ne suis pas prêt de m’en défaire. Bien au contraire, à force de s’allonger contre elle pour l’animer, la ranimer, elle devient l’éloge de mes humeurs expiatoires et réparatrices aussi.

Elle a pris pour siège le cœur, là où demeurent mes affects et mes amours entourées d’un tas de symboles. Là où l’on trouve les délaissés et deux amants qui se meurent puisque sans oxygène. Là où l’heure n’est jamais indiquée puisque c’est juste le présent qui compte, le présent du désir escompté.

Alors, à la pointe de ce jour nouveau, il est propice d’arpenter le possible en embarquant aux cotés de clandestins en attente de rapatriement et de fêter l’éphémère de ce morceau du monde qui se bouge, là et surement de l’autre côté ?

Savall d’Arvo