Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30 août 2017

ARRETE TON CINEMA

Ce sont souvent de petites histoires qui tiennent sur un fil et non sur un pas de deux. Elles sont parfois en équilibre mais il leur arrive aussi de tomber.

L’essentiel  serait qu’il n’y ait pas un récit de trop pour ne pas s’échapper de l’homme en question pour aller vers les faits et revenir vers lui en délaissant l’historique de l’acteur principal à qui il est possible de tout pardonner.

Ainsi donc, il ne faudrait pas que l’on retrouve l’actrice au début formidable dans un film d’une esthétique quasi irréprochable mais d’un ennui quasi impardonnable.

A l’évidence, il voulait l’émouvoir alors qu’elle ne parvenait qu’à engendrer la léthargie.

Savall  

24 août 2017

D’UN AMOUR IMPARFAIT

Calme et silencieux, doux et ferme, il se dresse, vivant, vibrant, sa puissance est comme une offrande pour la femme qui est en elle, qui se creuse et l'appelle.

Libéré des chaînes de l'excitation, de la machine à images, il est présent à cette vibration qui lui ouvre le bassin et qui cherche à se relier. Il ne résiste pas à la force de son désir, il l’accueille entièrement et la reconnaît comme un élan de vie pour elle-même !

Bien connecté à son Pouvoir, il est un phare qui l’éveille et qui fait vibrer en elle les parois du Temple Sacré. Elle va se laisser pénétrer par cette vibration, entrer en résonance avec cette lame de fond qui va ouvrir en elle des espaces inconnus et la rapprocher des étoiles.

Ancrée, elle peut s'abandonner pleinement et danser comme la mer en furie, comme la mer apaisée, sans peur de se perdre, sans peur de ne pas pouvoir revenir.

Elle ressent dans tout son corps son entr'acte, sa force tranquille. Elle a confiance, elle se sent en sécurité, désormais elle peut s'élancer vers l'Infini !

18 août 2017

UN FRISSON D’ABSOLU

C’est ce monde instable d’après rupture que j’explore à travers mes refrains sur l’absence, le manque, les blessures, avec une voix pleine posée sur des soupirs…

Je plonge alors dans l’eau froide des regrets, dans un amour qui cogne, là où l’amante partie laisse un gout âpre qui me déshabille l’âme, qui désarticule mon existence.

Je veux retrouver mes terres pleines de bon sens paysan, de sève occitane et de sel marin, là où l’on chante l’amour ou la mélancolie avec des mots simples mais tellement éloquents.

Un récital d’expressions pour afficher nettement une présence poétique dans un décor qui oublie jusqu’à la concordance des temps et dont la beauté naturelle n’évoque plus que la promesse d’une douce existence.

Mon monde sentimental est en haillon, mais je veux que mon esprit reste encore luisant.

SavalLd’Arvo   

13 août 2017

PARTIR POUR REVENIR EN SOI

Parce que je sais parfaitement que je ne suis qu’un guerrier qui se bat pour trouver ma Vérité… alors, je me suis mis en route pour prendre soin de mon âme, en espérant trouver quelque chose parce que le Divin m’a déserté depuis trop longtemps et que le temps me manque pour le dire ! Mais ce là-bas, je l’ai enfin découvert, il est tout simplement en moi !

Certains initiés savent très bien ce qu’il en est : la quête, la paix, la réponse à une question primordiale et à des milliers d’autres à la fois et cette communion pour être enfin en harmonie avec soi-même !

D’autres voyageurs de l’intime n’ont qu’une idée très vague de là où ils doivent aller. Alors ils arpentent les chemins de Saint-Jacques, de Lhassa et même ceux de l’abbaye de La Grasse au cœur de mes Corbières. Qu’ils empruntent les grands axes ou les petits layons, qu’ils soient généreux, curieux ou mécréants comme moi, qu’ils mènent à une grâce rayonnante ou à une désillusion cuisante, les parcours spirituels laissent toujours des traces imprévues. Alors, ils parlent avec émoi de cette conquête, de cette expérience intime qui les a menés pas si loin… à l’intérieur d’eux-mêmes ! À mots couverts, ils oublient de nous dire qu’ils ont traversé le doute, le découragement, avant de découvrir une part d’eux même qu’ils ignoraient ou qu’ils n’avaient jamais vraiment osé approcher.

Vois-tu, j’ai enfin réalisé que ma vie toute entière n’était qu’un voyage spirituel et que je suis en chemin depuis très longtemps ! Une rencontre surprenante comme une histoire d’amour… une part divine, peut-être ?

SavalLd’Arvo

10 août 2017

MARCHER VERS LE CŒUR DE SOI

Marcher sans chercher quoi que ce soit, juste être là, présent au bruit de chacun de mes pas, comme la vie qui avance, comme mes pas qui lui font écho.

Marcher pour se libérer le cœur et l’esprit, pour faire bouger mes pensées en synchronicité, comme un pas de deux qui me guide sans que je le contrôle.

Marcher vers le contentement, tout en le portant en soi, pour le plaisir de respirer, d’observer, d’entendre, de sentir, d’être tout simplement.

Marcher parce que la vie avance comme moi sur ce sentier. Chaque courbe est une nouvelle découverte même si j’ai emprunté ce sentier cent fois déjà, car il change tout comme moi, il est différent chaque fois tout comme moi.

Un pas, une respiration, le rythme de la vie qui s’ancre en moi s’harmonise au rythme de mes mélodies. Mon souffle s’inspire, mes pensées s’envolent, mon âme se dépose en moi car J’EXISTE.

Je m’habite enfin, ici et maintenant.

SavalLd’Arvo

07 août 2017

VIVRE POUR VIVRE

Ciel qu’il nous en faut du temps pour comprendre que la Vie est là et qu’elle nous attend !

Que la Vie c’est ce que nous choisissons de vivre ou d’éviter.

Que la Vie nous donne et nous reprend.

Nous aurions 20 ans demain que nous devrions vivre notre vie comme on le fait à 80 en savourant chaque seconde comme si c’était la dernière, en aimant comme si c’était notre dernier jour sur terre, en choisissant ce qui nous fait vivre et vibrer plutôt que ce qui semble payant, en nourrissant nos rêves et nos relations plutôt que nos illusions et nos obligations.

Ça prend tout une Vie pour apprendre à Vivre!

Savall

02 août 2017

IL ETAIT DEUX FOIS

Je suis là et las au cœur de mon réacteur, de mes mots, de mes éruptions intérieures, le sourire en évidence et l’impotence au firmament. L’orchidée ne se plait plus dans son pot en coin de balustrade.

Je pensais qu’il me serait facile de mûrir pour atteindre les vents d’anges, mais non, je n’y arrive pas. Moi qui voulais me foutre de mon apparence, là non plus je n’en finis pas.

Je ne peux retenir mes mots en cascade, mais je les aime trop précis, trop abrupt pour que sonne le glas.

Au moins ne me vois pas comme un imposteur, la vie n’est pas facile et son cirque pas davantage. Tu aurais pu m’épouser pour montrer au monde qu’à nous deux nous étions contre lui.

SavalLd’Arvo