Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23 décembre 2017

LE TEMPS FORGE

Au cœur d’une saison d’il y a quelques temps devenus incalculables, un mouvement incessant s’était fixé lors d’une coïncidence.

Une page qui n’aurait jamais dû s’écrire sur l’espace de l’an.

Une silhouette débordante, discrète, élégante.

Une apparence destinée à la tentation.

Mais il y a eu bien davantage : le désir secret, la réviviscence, une déflagration, une romance dissimulée au fond d’une alcôve, une année prolongée au-delà de sa survivance.

Alors, un clou de chagrin accroché au mur, il s’est mis à décrire la flamboyance de l’être plutôt que de plonger dans la futilité disproportionnée des choses.

Elle s’est offert la liberté, celle de vivre dans un monde fantasmé en oubliant l’infini d’un regard abandonné au cœur d’une odyssée lyrique.

Fascinante souveraine, finalement elle n’était pas faite pour régner.

Savall d’Arvo

21 décembre 2017

LOIN DES DIEUX ET DES GEANTS

Les hommes n’ont cessé de se bricoler de petits paradis… alors, lors de l’un de ces derniers égarements dont tu n’as plus le moindre secret, il fallait bien qu’il pense à créer le sien en dressant un registre bien agencé, bien balancé.

Loin de ses olympes ratatinés, de ses enceintes bien ordonnés qu’il érige comme des atlas, de ses abbayes consignées sur les flancs de ses collines audoises, de ses tempêtes enjolivées, c’est par ses jardins qu’il entre sans toi en mélancolies comme d’autres dans les ordres.

Bien sûr il y aura une île artificielle à ciel ouvert, sans péché et sans chagrin, où ses écarts de langage ont tout de même une élégance poétique.

Puis viendront ses belles illusions, toutes en finesse et en lumière, dénuées de toute intention subversive, celles qui tissent le fascinant chemin d’un original à travers lui même…

Savall et ce qu’il en reste

18 décembre 2017

TOUT FINIT EN ROMAN

Un amour épouse toujours plus d’un détour. Et les corps se rencontrent dans une frénésie nouvelle, qui n’a rien de nouveau en somme, bien avant que les confessions ne s’étalent.

Ce n’est pas une consonance, ni un bréviaire, mais un jeu de piste où le seul plaisir serait de s’aventurer dans la moindre impasse, dans le moindre interstice… Et tout finit par se déployer en une étonnante aventure sans le moindre incident mais à coup de ticket de rationnement…

Le mirage du vertical se voit toujours alourdi par des principes étouffants, par des circonstances aggravantes et par la réalité du tintamarre.

C’est comme si le tumulte des rivières couvrait les assemblages les plus bruyants alors que l’ordre nouveau règne.

Savall d’Arvo

12 décembre 2017

3 - DOUZE ANS ET PLUS DE 1000 TEXTES APRES…

Percuté par la flagrante dissolution du sens et le décalage funeste, entre la médiocrité des cœurs atrophiés et la violence des élans, il a cherché sans répit la rédemption dans les mots de génies, mais il n’a jamais voulu forcer quelqu’un à les entendre !

Une tentative de tout élever à bout de bras afin pour que ces deux mondes se rejoignent et entrent en collision, pour qu’un seul ne subsiste auquel il se résignerait. Ce n’était pas si simple, il l’apprit souvent à ses dépens.

Rien n’est plus grisant que la découverte de son erreur, d’une brèche dans son propre raisonnement qui entrouvre un espace inconnu bien qu’immédiatement familier, évident.

Rien n’est plus exaltant qu’un être qui confirme en un instant, une phrase, un ton de voix.

09 décembre 2017

2 - DOUZE ANS ET PLUS DE 1000 TEXTES APRES…

Il se rassure sans en avoir véritablement besoin !

Il lui restera toujours la colère et le regard sur ses belles rencontres et ses quelques désastres.

Et la vigilance de quelques poignées de liseurs bouleversés - et qui les en blâmerait s’ils n’ont pas eux-mêmes souscrits à l’expérience - de saisir qu’une plume est infiniment libre et que cette même plume surprend encore celui qui la fait voler !

Il n’a jamais eu pour objectif de définir sa destinataire principale comme personne infréquentable que l’on invite à un dîner de famille, rien n’y suffirait et puis nous disparaissons si vite de nos écrans...

Tous comptes faits, il a toujours eu un reste de cœur permanent et il persiste à dire que : « c'est dans le vide de la pensée que s'inscrit le mal »

07 décembre 2017

1 - DOUZE ANS ET PLUS DE 1000 TEXTES APRES…

Aucun article stable, il a biffé rageusement beaucoup des premiers, retrouvé, redoré quelques rares, exécuté ceux qui ne passent pas l’année, ceux qui trahissent ou ralentissent la progression, et il a constamment interrogé la pratique même de voir pousser cette excroissance indispensable.

Depuis son départ inattendu, s’installe l’impression de poser un point final à chaque nouvelle note postée. Sensation de se rapprocher du silence, et paradoxalement de ce soi-disant monde meilleur. Lorsque la pente empruntée nous fait l’extrême honneur de confirmer une nature dont il n’a pas terminé de cerner l’origine… lorsque nous sommes brutalement assurés d’être parfaitement là où l’on s’appartient, il devient urgent, vital même, de s’occuper du reste et d’assumer que les ténèbres découragées l’ont quitté, honteuses de n’avoir pas mieux à lui proposer.

04 décembre 2017

ENTRE LE PIRE ET LE MEILLEUR

La tâche immense de remettre de l’ordre dans ce continent de mots alors qu’au temps des sms véloces et futiles, les gens réclament des répliques immédiates.

Il en résulte une superficialité, une mosaïque de fragments de lettres, un approvisionnement à grand débit des échanges alors que l’être humain a des ressources incroyables.

Rien n’est plus admirable qu’une déclaration lumineuse, éblouissante de force, d’amour et de conviction sincère. Rien n’est plus savoureux que le parcours d’une missive chargée de mots lorsqu’elle arrive légèrement à son destinataire avec une flagrante virtuosité intellectuelle.