Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02 juin 2017

commentaire sur l'albatros

« L'éclat, la splendeur de l'événement, c'est le sens. L'événement n'est pas ce qui arrive (accident), il est dans ce qui arrive le pur exprimé qui nous fait signe et nous attend. Il est ce qui doit être compris, ce qui doit être voulu, ce qui doit être représenté dans ce qui arrive. Bousquet dit encore : "Deviens l'homme de tes malheurs, apprend à en incarner la perfection et l'éclat." On ne peut rien dire de plus, jamais on n'a rien dit de plus : devenir digne de ce qui nous arrive, donc en vouloir et en dégager l'événement, et par là renaître, se refaire une naissance, rompre avec sa naissance de chair. »
Deleuze, Logique du sens, 1969

LA SAISON DES PEPITES 2

J’ai compris qu’il ne sert à rien de s’en faire. Que des bonnes autant que des mauvaises choses finiront par nous arriver, qu’importe les choix qu’on fait.

J’ai compris qu’en ayant peur, on ne vit pas, on attend.

J’ai compris que des gens sont là pour passer et d’autres sont là pour rester.

J’ai compris que prendre des risques représente la plus belle preuve de courage, et que la vie sans courage n’est pas la vie.

Dire OUI à l’inconnu, ne pas juger sans connaître, vivre, sortir, courir, découvrir, explorer, apprendre, chanter, marcher, savoir rire de soi et puis rire de tout : je préfère de loin être totalement ridicule que totalement ennuyant !

Savall

31 mai 2017

LA SAISON DES PEPITES 1

J’ai compris que la vie n’était ni belle ni laide, ni facile ni dure.

J’ai compris que la vie était ce que l’on en fait.

J’ai compris que peu importe à quel point on est excellent ou médiocre, il y aura toujours des gens qui penseront totalement le contraire de nous.

J’ai compris qu’effort ne rime pas toujours avec succès, que parfois après avoir escaladé si durement un mur on arrive enfin de l’autre côté pour en apercevoir un plus grand alors que toutes nos forces ont été utilisées.

Savall

30 mai 2017

commentaire sur l'albatros

Si jamais t’as tout lu c’que j’ai écrit depuis tantôt, j’pense que tu peux comprendre à quel point en c’moment j’ai un sapristi d’besoin d’vivre ma vie à 200 milles à l’heure et d’reculer devant rien. J’pense que qui qu’tu sois, toi aussi tu mérites de tripper bin raide sur ta vie! N’oublie pas, yen aura toujours des mieux, et toujours des pires, mais des comme toi, AUCUN, alors profites-en donc pour vivre TA vie à TA façon et GO mon pote, COURT ! Ya personne d’autre que toi qui t’arrêtera! Aujourd’hui est le premier jour du restant de ta vie ! Alors soit heureux, à partir de maintenant et pour de bon!

DU SILENCE ET DES OMBRES

Tu sais que je suis un fervent des mots ardents en provenance sans escale de mon imaginaire et de mes entrailles.

J’aime donner des coups de pieds aux conventions, bousculer les regards et les idéaux mal perçus, déranger les habitudes pour les passer au papier verre.

Je ne suis pas là pour caresser dans le sens du poil mais pour jouer les empêcheurs d’écrire en rond, pour dénoncer la longueur sans fin de ton roman étrange et le démonter jusqu’à l’abattement pour qu’il me revienne dans l’illimité.

Pour moi l’éternité c’est l’éternel présent, plus je vais et plus la jubilation est grande.

Vivre c’est apprendre à vivre en s’élevant !

SavalLd’Arvo

28 mai 2017

commentaire sur l'albatros

Savall, vis ta vie comme une course, vas toujours de l’avant! Oui tu vas rentrer en pleine face dans un mur une coupe de fois mais, une fois à terre, tu vas toujours avoir le choix d’partir à pleurer ou bien d’rire en t’disant ayooooye hahahaha je l’avais pas vu venir ce mur là hahahah ! Puis BOOM t’es déjà relevé et reparti pour ta course de malade qu’on appelle ta vie et c’est EXACTEMENT ÇA qui fait la différence entre ceux qui meurt enfouis sous une tonne de regrets et les CHAMPIONS qui illumine le monde de par leur bonheur, leur courage et leur succès!

« REPOSE-TOI SUR L’OREILLER DU DOUTE » me soufflait une nuit Montaigne !

Est-il nécessaire que je te dise que je n’aurais pas voulu être un homme sans aspérités, sans histoires, dénué de contenu, sans le moindre doute !

Alors pour te distraire, au moins, je ne cesse de croiser mes humeurs sur cette toile pour trouver l’instant propice qui m’octroierait le plaisir de te troubler !

Tu sais parfaitement que j’aime partager mes idées, à dire sans hausser le son, à traiter de la culpabilité, à hanter les mémoires, à évoquer la fragilité et la puissance des sentiments, à parler de l’égoïsme et de l’appartenance !

En fait, je suis un inspiré du monde réel et je cherche le divin plaisir de plaire aussi bien au diable qu’à l’évêque.

J’aime aussi les situations ordinaires où les gens ordinaires sont poussés dans leurs retranchements.

SavalLd’Arvo