Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29 mai 2018

L’INFLUENCE SOUFFLE LE PRINTEMPS

Hasard ou nécessité ? Hardiesse ou égarement ? Modestie contenue ou lucidité souriante ?

« Je reconnais consommer sans modération et avec une délectation non dissimulée, l’audace de mes actes comme l’authenticité de mes pensées ! »

Ces deux colonnes majoritaires encadrent les portes de mon existence, se composent de ténacité, de simplicité et de détachement. Pour moi, elles sont aussi source de vitalité et de créativité, de force et de légèreté. Et puis pour tout vous dire, j’ai appris à ne pas les craindre, mais bien au contraire à les apprivoiser car elles sont le témoignage de quelques-unes de mes avancées.

Pour raviver le vivant, pour le rendre gracieux et lumineux, l’audace est une déclaration à la vie, une affaire qui ne cesse jamais. C’est un mélange de gratuité, un catalogue d’émotions, de choses subtiles, de dons de soi et de générosité.

« Depuis la nuit des temps, dans le cœur des hommes, les héros ne meurent jamais. » ?

Savall d’Arvo

26 mai 2018

HEUREUX QUI COMME…

Il y a pire défaite que celle de disparaître de sa propre histoire : s’oublier soi-même et franchir le fleuve de l’oubli sans en avoir les pieds mouillés ! Les Grecs, ceux d’un autre temps, avaient trouvé un moyen d’accéder à la perpétuité en construisant des cités fantastiques, en couvrant le monde d’ouvrages sublimes, en concevant des systèmes politiques et des lois qu’ils pensaient immortelles… Puis les fables monothéistes apporteront leur remède pour calmer les angoisses en affirmant que quiconque pouvait prétendre au paradis !

Alors, abandonne l’idée insensée de la haute opinion que tu te fais de ta petite personne, délaisse les créatures creuses et ces prétendus magiciens qui tentent de te dévier de ta trajectoire, rejette à la mer les sirènes ensorcelantes qui n’ont qu’une hâte, celle de te faire oublier jusqu’à ton apparence pour te couvrir d’écailles argentées…

Depuis que les demi-dieux ne ressemblent plus à Ulysse, les sociétés dupliquent les héros qui leur ressemblent…

Savall d’Arvo