Google Analytics
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26 juillet 2017

BIENTOT DES SIECLES POUR DORMIR

 

Je cherche à dévisser mais quelque chose de prépondérant me retient : TOI !

Pourtant j’ai cet écho constant pour les cordées de la chaîne d’union alors que je ne me reconstitue que dans l’éparpillement et la restitution du MOI !

Il m’arrive de choisir le refuge des bastions chimériques et de tout éteindre dans le dessein de me survivre.

J’ai souvent mal de mes astucieuses escapades. J’ai trop de fautes à mon actif et je me souviens trop de mes escalades verbales.

Il m’arrive d’avoir besoin d’être pardonné et puis des fois je m’en fiche pleinement. Après tout, j’ai tricoté ma vie tant bien que mal et surtout comme j’ai pu ! J’ai opté pour la profusion indulgente surtout lorsque tu me dis que j’exagère...

Alors, j’ôte un à un les cailloux de mon hypothétique gloire pour me reconstituer de mes montagnes que je n'ai de cesse de gravir !

Certains sont plus doués pour vivre des vies romanesques que pour les écrire : j’ai donc vécu les premières, à moi de tout faire pour les rédiger avant qu’elles ne s’échappent de ma mémoire qui n’en fait qu’à sa tête.

SavalLd’Arvo

21 juillet 2017

AU FIL DE L’EAU

Tous les fleuves terminent leur course dans les océans.
La lumière décline lentement, alors laisse tomber ton odyssée fantastique pour embarquer sur mon étoile.

Foin des paquebots titanesques capables de croiser mille ans sur toutes les mers du globe, mon navire est armé d’un supplément d’âme pour accoster les plus beaux rivages de mon monde.

Aujourd’hui, mon bateau se contente de tourner autour de contrées mystiques, avec son albatros en guise d’étrave, symbole des âmes de marins partis pour un voyage sans retour. 

L’inattendu, en provenance de saisons chargées par le chant des sirènes, bondit toujours de ses ballades apparemment calmes avec l’envie féroce de repartir sur les flots.

Savall

17 juillet 2017

LE GOUT DES EMBRUNS

Ils ne suivent plus les étapes normales du processus de la connaissance de l’autre, propres à la naissance classique d’une relation. Qu’importe, une douceur les consume par surprise. Elle repose sur un ensemble de désirs satisfaits simultanément : complicité, humour, sensualité, sexualité, d’où complétude.

Chacun croit se trouver en relation avec un autre lui-même, une image idéale de lui-même, une rencontre qui émeut car elle nous apporte ce qui manque. Et comme nous n’en avons pas conscience, cet autre est déifié !

Penser que ça n’arrive qu’aux autres est une erreur. La fulgurance peut frapper n’importe qui, n’importe quand, à la vision d’une simple image ambrée par le temps de ses vingt ans après avoir donné la vie...

A travers la restitution sensible et implacable de ces instants si simples, le miracle s’accomplit autour de la médiation des cœurs sur un air d’opéra, juste pour revenir à l’essentiel et enchanter le réel : celui d’aimer pour être aimé.

SavalLd’Arvo

13 juillet 2017

A CIEL COUVERT

Pour tenter de t’éveiller à l’essentiel, j’aurais tout fait ! Du moins il me semble ? Jusqu’à me faire troubadour pour te clamer en pays d’Oc !

Tu n’écoutes plus mes chansons et tu ne guettes plus mes mots comme mes gestes. Tu as rangé ton cœur sous une immensité de feuilles mortes. Il ne sait plus vaciller, mais tu t’en accommodes en te murant derrière tes illusions perdues vouées à l’impossible.

Résistants ou délicats, mes récits t’indiffèrent. Plus rien ne passe ne serait-ce que l’instant d’une rotation terrestre qui pourrait donner un sens à ce ballet qui s’annonçait prodigieux !

Je frappe sans cesse à la porte de tes émotions ou ce qu’il en reste alors que je n’en suis plus la clef. Tu n’as pas seulement changé, tu es méconnaissable !

Mais là où règne l'amour, l'homme est vraiment Roi... 

SavalLd’Arvo

09 juillet 2017

L’ECUME DE MES JOURS

Je raconte une addiction dévorante, ébouriffante, depuis une décennie et puis je sillonne mon globe à la recherche des meilleures vagues, celles du frisson. Un épisode d’émerveillements et de tourments se dévoilent en moi à mesure que je m’enfonce dans le tourbillon de mes pages baignées de sel et d’écumes, de courroux et de soleils.

Hélas, il aura fallu que j’aille me salir dans la clameur de ton monde pour faire vaciller en moi les forces ambivalentes qui s’entrechoquent, là où l’accessibilité t’est désormais interdite.

Je suis devenu un homme insoumis à la fureur tranquille, là où je transforme mon obsession en une indestructible boussole portée par une plume d’aigle, la seule qui transmet l’amplitude.

SavalLd’Arvo

05 juillet 2017

L’INCROYABLE DENSITE EMOTIONNELLE

Que comprendre de mon geste, de mes élans, des restes de mes folies adipeuses ?

Tu faisais danser mon écriture et tu m’envoyais aux Caraïbes pour une poésie en guise d’identité ! Rien ne laissait présager que la quête d’un absolu faisait de nous des jumeaux imparfaits !

Malgré nos plaisirs dissimulés et puis nos exils périlleux, notre histoire s’est passée au sommet de tes algorithmes et de mes idéaux mystiques sur le pavé mosaïque tracé entre mes trois colonnes. Tu devenais la quatrième pour consolider mon édifice devenu chancelant ! 

Hélas, je fais partie de ces gens qui se racontent tout en se cousant des paillettes d’or pour faire d’un costume sombre un habit de lumière.

En fait tu ne comprendras jamais que ce témoignage éclaire l’épisode sourd qui a fissuré ma vie, comme la lente fêlure qui travaille le bois le plus résistant et craquelle la croûte des plus beaux tableaux de Vinci mystérieusement codifiés.

SavalLd’Arvo

02 juillet 2017

UNE PERLE MAL POLIE NE GÂTE PAS LE COLLIER

J’ai de plus en plus du mal à t’écrire alors que j’ai du mal à m’inscrire dans le quotidien.

Je végète, je transgresse alors que je garde des images valorisantes sur fond de drap blanc, comme un parfum de Lys et d’accroches.

Dans ces moments-là, nos esprits étaient purs et dénudés au point d’être incapables de savoir où se range notre sablier comme de nous regarder dans une glace de peur de devenir coquet !

Je n’ai rien trouvé de mieux que de moisir des années en silence pour entreprendre enfin l’impensable : te chasser !

Une robe de dentelle blanche de Calais revêt enfin la pseudo épousée, dix ans après sa commande… tout arrive, il suffit d’espérer !

SavalLd'Arvo